FrançaisEnglish
  
     
         
Blog

VEILLE EUROPE DE L’EST – Du 12 novembre au 18 novembre 2022.

Equipe de la veille géopolitique hebdomadaire Europe de l’Est: Matisse Grenier, Olivier Husson, Séverine Ly.

15/11/2022 : Le parti politique des Serbes du Kosovo annonce qu’il boycottera les prochaines élections. -Matisse Grenier-

D’après Balkan Insight, le parti des Serbes du Kosovo, Srpska Lista, a annoncé le 15 novembre qu’il ne participera pas aux élections locales «extraordinaires» qui se tiendront le 18 décembre dans quatre municipalités à majorité serbe du Nord du Kosovo.

Le chef du bureau serbe pour le Kosovo, Petar Petkovic, a réaffirmé le soutien de Belgrade à la Srpska Lista, avant de déclarer que «les choix pour les municipalités serbes, sans les Serbes et le peuple serbe, n’ont aucun sens et, à ce titre, sont vouées à l’échec».

Ces élections anticipées sont organisées suite à une vague de démissions des Serbes des institutions kosovares. En effet, la réforme sur l’harmonisation des plaques d’immatriculation, soutenue par Bruxelles, crispe les tensions entre le gouvernement de Pristina et la minorité serbe qui ne le reconnait pas.

16/11/2022 : La Serbie rappelle sa détermination à intégrer pleinement l’Organisation Internationale de la Francophonie. -Matisse Grenier-

D’après Cord, le ministre des Affaires étrangères serbe, Ivica Dacic, a exprimé sa détermination à ce que la Serbie devienne «un membre à part entière de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF)». Cette déclaration intervient à l’occasion d’une réunion avec les représentants du Groupe des ambassadeurs francophones (GAF).

Ivica Dacic aurait axé ses objectifs sur «l’amélioration de la coopération de la Serbie avec la francophonie», notamment via «l’engagement envers les valeurs de l’organisation», qui sont la promotion de la paix, de la démocratie, des droits de l’homme, de la coopération interculturelle, du dialogue et de la solidarité.

La Serbie est aujourd’hui déjà un membre associé de l’OIF et peut donc participer à des sommets de l’organisation. Ivica Ducic aurait profité de l’entrevue récente pour annoncer qu’il dirigera personnellement la délégation serbe lors du prochain sommet de la Francophonie, du 18 au 20 novembre. En retour, les représentants du GAF auraient proposé des initiatives pour assurer une meilleure visibilité à la Serbie au sein de l’organisation.

16/11/2022 : Inauguration du nouveau collège présidentiel de l’Etat fédéral de Bosnie-Herzégovine. -Séverine Ly-

Selon les autorités, le 16 novembre, les trois nouveaux membres du triumvirat à la présidence de l’Etat de Bosnie-Herzégovine ont officiellement pris leurs fonctions après les élections du 2 octobre dernier. A cette occasion, Denis Bećirović, Željko Komšić et Željka Cvijanović se sont exprimés sur  leurs engagements respectifs pour les quatres années  qui s’ouvrent, partagés sur le site officiel de la présidence

Bien qu’élus par des ethnies différentes, ils ont tous partagé leur priorité de devenir pays membre de l’Union européenne (UE) et de l’OTAN. Dans son discours, le représentant bosniaque, Denis Bećirović, l’a ainsi affirmé «Nos objectifs stratégiques sont les adhésions complètes à l’UE et à l’OTAN». Les membres du collège sont conscients des changements nécessaires. Ainsi, il faut «aller vers un système de démocratie complète avec toutes ses valeurs associées» pour respecter les conditions de la Commission européenne selon Željko Komšić, candidat croate pour la quatrième fois. Pour Željka Cvijanović, élue par la République serbe et présidente du collège pour les huit premiers mois, veut «renforcer la coopération régionale (…) et la coordination des différents niveaux du gouvernement». 

Avec deux membres sur trois issus de partis non ethno nationalistes, une véritable volonté de construire «l’unité du pays» s’est dégagée, dans un contexte de crise identitaire. Ce nouveau collège se veut «optimiste» et «ouvert aux changements positifs».

17/11/2022 Une enquête prouve que Ikéa a eu recours au travail forcé dans les prisons du Bélarus. -Olivier Husson-

Une enquête du journal d’investigation Disclose a révélé ce jeudi 17 novembre que dix fournisseurs du Bélarus d’Ikea ont fait travailler des prisonniers. Ce travail pénitentiaire est, selon les témoignages, accompagné de torture, de privation de nourriture et de soins. 

Depuis 1999, le Bélarus fournit du bois à l’enseigne et en 2021, l’enseigne a passé des commandes auprès des fournisseurs du pays à hauteur de 300 millions d’euros selon l’agence de presse d’Etat.

Une entreprise Mogotex a, d’après un document comptable de juillet 2021 rendu public par la prison, fait travailler des tortionnaires de la prison-usine IK-15. 

Le témoignage de Tsikhan Kliukach, un jeune homme de 19 ans incarcéré pendant dix mois pour avoir participé aux manifestations contre Lukashenko confirme les tortures et le travail forcé dans la prison:

« Nombre d’entre nous ont été battus. Nous étions privés de colis, du droit de correspondance, de visites. On nous a mis à l’isolement… J’y ai passé 55 jours au total »

Selon l’ONG lituanienne, Our House, les détenus d’IK-2 ont été rémunérés à hauteur de « 2 à 5 roubles par mois », soit moins de deux euros. 

Le centre correctionnel n ° 5 a une page web et même un compte Instagram sur lesquels on peut acheter des meubles ou des panneaux de bois. Le fournisseur Ivatsevichdrev exportait ensuite ces produits dans toute l’Europe, un certificat attestant de sa mise aux normes suédoises de ses produits. Ce fournisseur est à présent sous sanctions.

Ikéa a rompu ses contrats avec ses fournisseurs au Bélarus après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, selon la direction de l’entreprise. Par le passé, Ikéa a déjà été accusé de recourir au travail forcé en RDA dans les années 70 et 80.

Previous Article

VEILLE CHINE – Du 12 novembre au 18 novembre 2022

Next Article

VEILLE IRAN – Du 12 novembre au 18 novembre 2022