FrançaisEnglish
  
     
         
Blog

VEILLE EUROPE DE L’EST – Du 25 juin au 1er juillet 2022

Equipe de la veille géopolitique Europe de l’Est: Olga Cherkhurska, Victor Martin, Alicia Tintelin, supervisée par Clelia Frouté.

27/06/2022 : La présidente Moldave se rend à Kiev pour s’entretenir avec son homologue ukrainien. -Victor Martin-

Le 27 juin, Maia Sandu s’est rendue en Ukraine afin de rencontrer Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, cinq jours après que les deux pays aient obtenu le statut de candidat à l’adhésion à l’Union Européenne. La présidente moldave a réitéré le soutien de son pays à l’Ukraine face à la Russie, déclarant que la Moldavie continuera à «soutenir les réfugiés ukrainiens hébergés en Moldavie”. Les deux pays ont également annoncé collaborer sur plusieurs domaines, notamment “économique et énergétique, ainsi que sur la voie de l’adhésion à l’Union européenne».

Lors de la conférence de presse conjointe des deux chefs d’Etat, Volodymyr Zelensky a également abordé le nécessaire travail de stabilisation de la région. Le président ukrainien a en particulier évoqué la Transnistrie, une région sécessionniste moldave au cœur des préoccupations car elle abrite 1500 soldats russes ainsi que de larges stocks de munitions. Le président ukrainien a déclaré qu’une attaque de la Transnistrie sur le territoire ukrainien «serait une gifle à laquelle l’Ukraine répondra par un coup». Les autorités de la région sécessionniste moldave ont clairement exprimé leur volonté de calmer les tensions et ont rappelé leur adhésion «au principe de coexistence pacifique». Les dirigeants de la Transnistrie ont cependant condamné la militarisation de la Moldavie, ce qui ne contribuerait pas à assurer «la paix et la stabilité sur les rives du Dniestr».

28/06/2022 : La réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU réclamée par l’Ukraine s’est tenue le 28 juin. -Olga Chekhurska-

Le 28 juin, l’Ukraine a demandé une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU après les bombardements russes du centre commercial de la ville de Krementchouk.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, est intervenu en visioconférence devant le Conseil de sécurité de l’ONU. Tout d’abord, il a déclaré que tant que la Russie commettra des «attaques terroristes» telles que le bombardement de villes ukrainiennes, elle ne doit pas avoir son siège permanent au Conseil de sécurité. Puis le président ukrainien a suggéré à l’ONU de créer un tribunal international pour enquêter sur les crimes commis par la Russie en Ukraine.

«Il est impératif de créer un tribunal pour enquêter sur tout ce que l’armée russe a fait aux Ukrainiens», a déclaré Volodymyr Zelensky avant de demander au Conseil d’observer une minute de silence à la mémoire des victimes ukrainiennes.

Le représentant russe, Dmitry Polyanskiy, a précisé que la frappe russe effectuée à Krementchouk a visé un entrepôt d’armes étrangères envoyé à l’Ukraine récemment. Ces armes, selon le représentant russe, sont destinées à frapper le Donbass. Il a également accusé l’Ukraine d’ «utiliser la population comme bouclier humain» .

Selon la Chine, «la communauté internationale devrait créer un environnement propice à des pourparlers de paix entre les belligérants».

À l’issue de la réunion, les six pays du Conseil de sécurité de l’ONU et l’Ukraine ont publié une déclaration conjointe. Ils y condamnaient fermement les attaques russes contre les villes ukrainiennes, qui se sont intensifiées entre le 25 et le 27 juin.

29/06/2022 : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky intervient lors du sommet de l’OTAN à Madrid. – Alicia Tintelin –

Le 29 juin s’est tenu un sommet de l’OTAN à Madrid qui a donné l’occasion d’aborder la question de l’Ukraine avec l’élargissement des forces de l’Alliance sur le flanc Est et l’augmentation de ses effectifs militaires.

À cette occasion, Volodymyr Zelensky s’est exprimé à deux reprises en visioconférence afin de demander aux pays de l’OTAN le soutien nécessaire pour faire face aux forces russes. Le président ukrainien a notamment relevé la nécessité de recevoir de l’artillerie moderne et de nouveaux soutiens financiers, révélant que Kiev aurait besoin «d’environ 5 milliards de dollars par mois» pour assurer sa défense. Si les pays de l’OTAN ont déjà donné plusieurs milliards de dollars d’aide, la mise en place «d’un programme d’assistance complet à l’Ukraine pour l’aider à faire respecter son droit à la légitime défense» sera conclue lors du sommet, comme le promettait la veille le secrétaire général de l’Organisation, Jens Stoltenberg.

L’OTAN, par le biais de ce sommet, vise à réviser sa stratégie installée depuis l’année 2010 et dont l’enjeu premier sera de «dire clairement que la Russie représente une menace directe pour notre sécurité», affirme Jens Stoltenberg. Kiev a à cet égard salué la «position lucide» de l’OTAN sur la question de la Russie.

Les dirigeants de l’Alliance ont souhaité s’engager dans une déclaration commune affirmant vouloir «renforcer encore leur soutien politique et pratique» envers l’Ukraine qui pourra compter sur le soutien de l’OTAN «aussi longtemps qu’il le faudra», déclare Jens Stoltenberg.

Previous Article

VEILLE UNION EUROPEENNE – Du 25 juin au 1er juillet 2022

Next Article

VEILLE SUD-CAUCASE – du 2 juillet au 8 juillet 2022