FrançaisEnglish
  
     
         
Blog

VEILLE SUD-CAUCASE – du 23 juillet au 29 juillet 2022

25-28/07/2022 : Discussions russe et états-unienne avec les dirigeants arménien et azerbaïdjanais sur fond de regain de tensions au Karabakh.

Anthony Blinken, le secrétaire d’État des États-Unis s’est entretenu par téléphone le 25 juillet avec les dirigeants arménien et azerbaïdjanais, Nikol Pachinian et Ilham Aliev. Il a ainsi salué la poursuite du dialogue bilatéral et notamment la récente rencontre des ministres des Affaires étrangères à Tbilissi tout en réaffirmant son soutien « à des discussions productives négociées par l’UE ». Il a également exhorté le président azerbaïdjanais à libérer tous les détenus arméniens restant et a proposé l’aide de son pays à l’ouverture des liaisons de transport et des communications entre les deux pays.

Le directeur adjoint du département de l’information et de la presse du ministère russe des Affaires étrangères, Ivan Nechaev, a réagi le 27 juillet en déclarant, en réponse à des journalistes : « La Russie est favorable à la transformation du Caucase du Sud en une zone de paix et de prospérité. Dans notre travail en direction de cette région, nous promouvons un agenda exclusivement constructif et n’allons rivaliser avec personne. Nous avons des objectifs constructifs. En ce qui concerne la normalisation des relations entre Bakou et Erevan, comme nous l’avons noté à plusieurs reprises, des efforts correspondants doivent être faits sur la base des déclarations tripartites des dirigeants de la Russie, de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie du 9 novembre 2020, 11 janvier , 2021 et 26 novembre 2021. Nous ne nous opposons pas à l’implication d’acteurs non régionaux, à condition qu’ils agissent dans le respect des accords susmentionnés et contribuent à leur mise en œuvre. La chose la plus importante est d’empêcher la duplication [des efforts] et les jeux en coulisses visant à affaiblir quelqu’un ou à mettre des bâtons dans les roues de quelqu’un. Malheureusement, nous avons dû faire face à une telle pratique de la part des acteurs susmentionnés à plusieurs reprises ». Le 28 juillet, c’est le « représentant spécial du ministère russe des Affaires étrangères pour la normalisation des relations entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie », Igor Khovaev qui s’est rendu à Erevan pour rencontrer le ministre arménien des Affaires étrangères Ararat Mirzoyan.

Un militaire azerbaïdjanais aurait disparu le 23 juillet près de la frontière avec l’Arménie. Le 26 juillet le ministère azerbaïdjanais de la Défense a dénoncé 9 violations du cessez-le-feu de la part de l’Arménie, 2 concernant des tirs en direction de la colonie de Minkend dans le district de Latchin et 7 concernant des tirs de la part de «membres de groupes armés arméniens illégaux» en direction des districts de Tartar, Agdam, Khojavend et Khojali. Ces affirmations ont été démenties à la fois par les ministères de la Défense arménien et russe. Le 28 juillet, c’est le ministère azerbaïdjanais de la Défense qui a démenti des accusations arméniennes de rupture de cessez-le-feu concernant des tirs en direction des villages de Taghavard et Karmir Shuka et Tonashen.

25/07/2022 : Une Géorgienne détenue en Abkhazie pour «espionnage».

Le « service de sécurité de l’État » abkhaze a annoncé le 25 juillet avoir « engagé une action pénale sur des accusations liées à l’article 274 du Code pénal du République d’Abkhazie (espionnage) » à l’encontre de la citoyenne géorgienne Kristine Takalandze détenue depuis le 20 juillet. Le lendemain, le Service de sécurité de l’État géorgien a confirmé par un communiqué de presse déclarant : « Les représentants du régime d’occupation de l’Abkhazie occupée ont détenu illégalement la citoyenne géorgienne Kristine Takalandze. Le service de sécurité de l’État a immédiatement activé la hotline et informé la mission d’observation de l’UE ainsi que les coprésidents des discussions de Genève de cette détention illégale. Un travail actif est en cours pour assurer la libération du citoyen géorgien de l’emprisonnement illégal par tous les mécanismes disponibles. Les détentions illégales menées par le régime d’occupation compliquent la vie quotidienne de la population locale et affectent gravement l’environnement sécuritaire » Le 29 juillet, elle a été placée en détention provisoire jusqu’au 20 septembre.

27-28/07/2022 : Visite du « président » d’Abkhazie en Russie.

Aslan Bzhania, le « président » abkhaze, s’est rendu à Moscou le 27 juillet pour rencontrer le vice-président du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, Dmitri Medvedev. Le lendemain, il a également rencontré le chef adjoint de l’administration présidentielle russe, Dmitri Kozak, le chef du Département des relations interrégionales et culturelles avec les pays étrangers de l’administration présidentielle russe, Igor Maslov, le ministre russe du Développement économique Maxim Reshetnikov et son adjoint Dmitry Volvach, afin d’border les questions de coopératin en matière de trafic aérien et d’aborder le programme de développement socio-économique de l’Abkhazie pour 2022-2025.

27/07/2022 : Déclaration de Bidzina Ivanishvili sur la situation en Géorgie et réponse de l’ambassadrice des États-Unis.

Bidzina Ivanishvili, le milliardaire fondateur du parti au pouvoir « Rêve géorgien » et ancien Premier ministre, a publié une déclaration le 27 juillet, en réaction à la situation actuelle de la Géorgie et aux polémiques qui entourent sa personne depuis plusieurs semaines, dans laquelle on peut lire : « Je ne voulais pas que ma personne ait une quelconque influence sur les processus politiques, et cela a été et continue d’être la raison de mon éloignement total de l’espace public. […] La situation de la Géorgie et de son gouvernement est compliquée par le fait que certaines forces ont activement tenté d’entraîner la Géorgie dans la guerre, et ce désir et cet objectif sont malheureusement toujours d’actualité aujourd’hui. Malgré les plus grandes difficultés, l’équipe dirigeante a travaillé correctement, a adopté une position correcte […] Aujourd’hui, alors que la menace immédiate d’une guerre a été neutralisée, je pense que l’équipe au pouvoir a la possibilité de reporter largement son attention sur une autre priorité des plus importantes et de veiller à ce que les relations de la Géorgie avec ses partenaires stratégiques, les États-Unis d’Amérique et la l’Union européenne, ne sont pas endommagés. […] En conclusion, puisqu’il y a eu des questions publiques sur une rencontre entre moi et l’ambassadeur américain après le début de la guerre en Ukraine, je voudrais expliquer à la société qu’une telle rencontre a bien eu lieu à la demande de l’ambassadeur le 21 mars et cela a duré environ trois heures. […] ».

Kelly Degnan, l’ambassadrice états-unienne en Géorgie a confirmé le 28 juillet la tenue de cette rencontre tout en ayant précisé qu’aucune discussion concernant l’implication de la Géorgie dans la guerre en Ukraine n’avait eu lieu en déclarant : « Permettez-moi d’être absolument clair, afin que personne n’ait à demander à nouveau : il n’a jamais été question d’impliquer la Géorgie dans la guerre de la Russie contre l’Ukraine, ni de « chantage » ou d’actions visant à bloquer le transfert de l’argent de M. Ivanishvili. […] Il y a eu beaucoup d’insinuations vagues sur les sanctions et les pressions des Etats-Unis. Ce n’est pas ainsi que fonctionnent les sanctions financières. Ceux qui sont sanctionnés par les États-Unis le savent car l’information est publiée publiquement.[…] Franchement, il est un peu déroutant de voir combien de temps et d’énergie sont consacrés par certains à discuter des sanctions, ou de l’argent de quelqu’un d’autre, plutôt que de travailler sur la feuille de route claire vers l’adhésion à l’UE. […] Nous aussi, nous nous interrogeons sur les motifs de cette distraction de la priorité absolue de la Géorgie d’obtenir le statut de candidat à l’UE et l’insistance à répéter ce qui a déjà été identifié à plusieurs reprises comme de la désinformation.[…] Puisqu’il semble que certains n’aient toujours pas entendu, permettez-moi de répéter que nous n’utilisons pas nos programmes pour sanctionner ou punir les gens et nous n’avons pas sanctionné le juge Chkhikvadze. Nous n’intervenons pas dans les décisions de justice en Géorgie et nous ne nous réunissons pas en secret. […] L’ambassade se concentre sur la poursuite de la coopération solide qui a défini le partenariat stratégique entre les États-Unis et la Géorgie au cours des trois dernières décennies. Il s’agit d’un partenariat réussi et productif dont nous sommes fiers et qui a profité à des milliers de Géorgiens. […] Nous travaillons pour mettre fin à la guerre en Ukraine le plus rapidement possible et faisons tout notre possible pour empêcher que ce conflit tragique ne s’étende à la Géorgie ou à tout autre pays ».

Le même jour, le Département d’État des États-Unis a publié des déclarations sur le climat d’investissement 2022 et a déclaré que la Banque nationale de Géorgie et les institutions financières géorgiennes  agissaient « pleinement conformément » aux sanctions financières imposées par les États-Unis et d’autres à la Russie en raison de son invasion de Ukraine. 

Previous Article

VEILLE EUROPE DE L’EST – Du 15 juillet au 22 juillet 2022

Next Article

VEILLE RUSSIE – du 23 juillet au 29 juillet 2022