FrançaisEnglish
  
     
         
Blog

VEILLE IRAN – Du 12 novembre au 18 novembre 2022

Équipe de veille géopolitique Iran / Pakistan / Afghanistan : Daniel Marco, Mehrad Abedisagha et Jérémie Patot.

14/11/2022 : Les Talibans en Afghanistan ordonnent aux juges d’appliquer pleinement la charia. -Daniel Marco-

Le 14 Novembre, un porte-parole des talibans a déclaré que le groupe adhérerait à son interprétation rigide de la loi islamique la «charia», soulignant ainsi l’engagement du groupe à maintenir les réglementations strictes mises en place depuis leur prise de pouvoir il y a plus d’un an, informe The Washington Post

Selon le principal porte-parole des Talibans Zabihullah Mujahid, c’est le chef suprême de l’Afghanistan Haibatullah Akhundzada qui a ordonné aux juges d’appliquer pleinement les composantes de la loi islamique, telles que les exécutions publiques, les lapidations, les flagellations et l’amputation de membres pour les voleurs, rapporte The Guardian. «Les cas qui ont rempli toutes les conditions de la charia en matière de prescription et de rétribution, vous êtes obligés d’émettre la prescription et la rétribution, car c’est l’ordre de la charia… et il est obligatoire d’agir», a tweeté Zabihullah Mujahid le 13 novembre.

CNN note que la dernière fois que l’interprétation sévère de la religion a eu lieu était de 1996 à 2001 lorsque les talibans étaient au pouvoir imposant plusieurs châtiments brutaux. Depuis que l’organisation a pris le contrôle de l’Afghanistan l’année dernière, les situations sécuritaire et humanitaire se sont également détériorées, tout comme l’économie du pays.

14/11/2022 : la montée des tensions entre l’Azerbaïdjan et l’Iran : l’arrestation des cinq espions azéris de la République islamique. — Mehrad Abedisagha

La tension entre deux pays voisins, l’Iran et l’Azerbaïdjan, ne cesse d’augmenter. Le lundi 14 novembre, Aljezerra rapporte que l’Azerbaïdjan a informé d’avoir arrêté cinq espions azéris de la République islamique. Les responsables de l’Azerbaïdjan affirment que les espions recueillaient des informations liées à l’armée, aux drones israéliens et turques ainsi qu’à d’autres infrastructures du pays. Début novembre, l’Azerbaïdjan avait annoncé l’arrestation de 17 personnes accusées de faire partie d’un «groupe armé illégal organisé par l’Iran sur le territoire azerbaïdjanais».

Bakou a convoqué l’ambassadeur iranien le vendredi 11 novembre dans le but de contester les actions de la République islamique sur son territoire. Quelques semaines plutôt, d’après Eurasianet, le 21 octobre, le président Ilham Aliyev avait déclaré : «Il y a beaucoup plus d’Azerbaïdjanais qui vivent en dehors de l’Azerbaïdjan que dans le pays seul. Bien sûr, leur sécurité, leurs droits et leur bien-être sont de la plus haute importance pour nous. Nous continuerons à tout faire pour aider les Azerbaïdjanais qui se sont retrouvés coupés de notre État».

Du côté iranien, Téhéran dément l’accusation. Le 10 novembre l’Iran, à son tour, a remis à l’ambassadeur azerbaïdjanais une note de contestation contre les discours «anti-iraniens» du gouvernement de l’Azerbaïdjan. Alors que selon Iran International et Tasnimnews, la République islamique a soutenu l’Azerbaïdjan dans la guerre dans le Haut-Karabakh contre l’Arménie, elle s’oppose aux opérations de l’Azerbaïdjan susceptible de bloquer l’accès de l’Iran vers l’Arménie, et l’Europe.

À la fin octobre, l’Iran a fait de nouvelles manœuvres militaires à la frontière du nord-est à proximité de l’Azerbaïdjan. Selon Tasnimnews, durant ces manœuvres et pour la première fois, un pont flottant a été installé sur la rivière Aras pour la formation des équipements et le transfert de forces. En outre, l’Iran met toujours l’accent sur la défense de ses intérêts dans le Caucase. En effet, d’après l’agence de presse ILNA, le ministre iranien des Affaires étrangères lors de son voyage officiel à l’Arménie le 21 octobre a déclaré que son pays n’a pas autorisé de fermeture des voies de communication vers l’Arménie.

16/11/2022 : Au moins sept personnes tuées dans une attaque terroriste dans la province du Khouzistan dans le sud de l’Iran. -Daniel Marco-

Le 16 novembre, dans ce que les médias d’État iraniens ont décrit comme une attaque terroriste, au moins sept personnes ont été tuées et quinze personnes blessées  dans la province du Khouzistan, dans le sud-ouest du pays, rapporte Tehran Times

Selon Islamic Republic News Agency (IRNA), l’incident survenu sur le marché de la ville d’Izeh ou deux tireurs à bord d’une voiture ont commencé à tirer sur les badauds. L’agence Tasnim News Agency informe que le personnel de sécurité a arrêté trois suspects qui étaient liés à l’incident terroriste. Ali Dehqani, directeur général du département de l’administration de la Justice du Khouzistan, a annoncé que «trois des principaux éléments des événements et troubles survenus aujourd’hui dans le comté d’Izeh ont été placés en état d’arrestation».  

Reuters note qu’à la suite de la mort de la jeune Iranienne Mahsa Amini le 16 septembre alors qu’elle était détenue, la minorité ethnique arabe d’Iran, principalement concentrée dans le Khouzistan, s’est jointe à des semaines de protestations. Depuis la révolution de 1979, l’un des défis les plus audacieux lancés au pouvoir islamique a été monté en réponse aux protestations déclenchées par le meurtre d’Amini. Le mois dernier, 15 personnes ont été tuées et de nombreuses autres blessées lors d’une attaque contre un sanctuaire dans la ville iranienne de Chiraz, dont l’État islamique a revendiqué la responsabilité.

18/11/2022 : La mort d’un enfant de 9 ans par les forces de l’ordre ravive les contestation anti-Régime en Iran. -Jérémie Patot-

La mort d’un enfant dans la ville d’Izeh, tué par les forces de l’ordre selon sa mère, a ravivé les contestations anti-régime. Lors des funérailles de l’enfant, le vendredi  18, une large foule s’est réuni et a scandé des chant anti-régime, et dans un même temps, la maison où a grandi le fondateur de la République Islamique, l’Ayatollah Khomeini a été incendié, rapporte The New York Time. 

Un membre de la famille de Kian Pirfalak, l’enfant défunt, a rapporté à IranWire que Kian a été touché par balle lorsque lui et son père rentrait à la maison en voiture. Le véhicule a été touché par 7 balles des quatres côtés. Selon sa famille, les tireurs sont les mêmes qui avaient arrêté ses cousins et voisins les semaines précédentes.  IranWire souligne que les autorités iraniennes blâment une attaque terroriste.

Dans un même élan de colère, les manifestants anti-régime ont mis le feu à la maison d’enfance de l’Ayatollah Khomeini, qui avait été transformée en musée  à la gloire de la République Islamique, selon RFERL. Malgré les vidéos circulant et montrant l’édifice en feu, l’agence de presse Tasnimnews dément l’incident et affirme que le musée est toujours ouvert aux visiteurs. 

Mais selon Reuters, les images publiées le 17 novembre correspondent à d’anciennes photos du bâtiment, mais Reuters a déclaré qu’il ne pouvait pas confirmer l’heure exacte de l’incendie.

Previous Article

VEILLE EUROPE DE L’EST – Du 12 novembre au 18 novembre 2022.

Next Article

VEILLE UNION EUROPEENNE – Du 12 novembre au 18 novembre 2022