FrançaisEnglish
  
     
         
Blog

VEILLE EUROPE DE L’EST – du 4 juin au 10 juin 2022

L’équipe de la veille géopolitique Europe de l’Est: Clelia Frouté, Victor Martin, Amandine Paillette, Alicia Tintelin.

07/06/2022 : Ouverture du procès pour crime de Guerre de trois prétendus mercenaires à Donetsk – Amandine Paillette –

Le 7 juin s’est ouvert un procès impliquant deux Britanniques et un Marocain accusés par le Kremlin de «terrorisme» et «d’espionnage».  Jugés par les forces séparatistes de la République Populaire autoproclamée de Donetsk, les trois prisonniers apparemment engagés volontairement auprès de l’armée ukrainienne avaient été capturés sur le théâtre d’opération de Marioupol. Déférés devant le Tribunal de Donetsk, les étrangers qualifiés de mercenaires par les autorités russes ont été accusés d’avoir violé différents articles du Code pénal de la république. 

Les trois prisonniers ont reconnu leur culpabilité quant au suivi «d’une formation dans le but de mener des activités terroristes». De plus, les deux Britanniques ont admis avoir commis des actions en vue de renverser par la force le pouvoir. La décision qui sera rendue peut impliquer une peine d’emprisonnement d’une durée de 15 à 20 années, voire à vie, mais aussi une peine capitale de par leur statut de prisonnier de guerre. En effet, le représentant du bureau du procureur général de la République de Donetsk, Viktor Gavrilov, avait déclaré à l’agence de presse russe Interfax que «compte tenu du temps de guerre, les accusés peuvent être passibles de la peine capitale – la peine de mort». Néanmoins, si l’engagement des prisonniers dans l’armée ukrainienne était avéré, ils ne seraient plus menacés par la peine capitale dans la mesure ou cette peine ne s’applique pas en l’espèce  aux «combattants de guerre». Tandis qu’un mercenaire est un combattant agissant pour le compte d’un gouvernement étranger, et ce, pour l’appât du gain. En ce sens, l’activité de mercenariat étant reconnue par le Droit international comme un crime, la Convention de Genève ne s’applique donc pas à ces derniers. 

08/06/2022 : Les dirigeants d’Albanie, du Kosovo, de Macédoine du Nord et de Serbie signent des accords de coopération dans le cadre de l’Open Balkans – Amandine Paillette – 

Le 8 juin se tenait à Ohrid «l’Open Balkans», un sommet regroupant les membres d’une union économique balkane composée de l’Albanie, du Kosovo, de la Macédoine du Nord et de la Serbie depuis le 10 octobre 2019 dans le but de faciliter leurs échanges et co-créer un marché commun régional. C’est l’occasion pour les dirigeants de renforcer leur coopération par la signature d’accords dans les domaines de la culture, du tourisme et de l’économie. Les sociétés d’Albanie, de Macédoine du Nord et de Serbie chargées des péages routiers ont également annoncé discuter d’une connexion des systèmes de télépéage des trois pays, facilitant le trafic. Le Monténégro et la Bosnie-Herzégovine ont participé à l’événement en tant qu’observateurs et invités. 

Le premier ministre nord macédonien, Dimitar Kovačevski a profité de la tenue du sommet pour souligner l’enjeu politique de cette union, à savoir une accélération du processus d’intégration des pays balkans occidentaux dans l’Union européenne. Propos accueilli favorablement par Olivér Várhelyi, commissaire européen chargé de la politique de voisinage et de l’élargissement, déclarant que l’Open Balkans représentait une bonne initiative permettant à la région d’affronter les différents défis auxquels elle est confrontée. De son côté le président serbe Aleksandar Vučić, a qualifié le sommet d’initiative  «imparable des peuples des Balkans». 

08/06/2022 : La Turquie accueille des négociations avec l’Ukraine, la Russie et les Nations unies sur la question des réserves agricoles ukrainiennes confrontées au blocus russe. – Alicia Tintelin –

Le 8 juin, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, a reçu à Ankara son homologue russe, Sergueï Lavrov, pour négocier la mise en place de corridors maritimes en mer d’Azov et en mer Noire qui permettraient l’exportation des ressources alimentaires ukrainiennes.

L’Ukraine possède un important grenier à céréales dont dépendent de nombreux Etats, et était, avant le commencement des attaques envoyées par Moscou, en passe de devenir le troisième exportateur mondial de blé. Le blocage des récoltes – estimées à 20 millions de tonnes – à l’intérieur des ports urkainiens pourrait faire peser une menace de famine sur certains pays d’Afrique et du Moyen-Orient et entraîner la mort de «millions» de personnes, comme le présage le ministre italien des Affaires étrangères. La guerre se joue donc également sur le front agricole, et Russie et Ukraine se mettent mutuellement en cause à l’égard de la responsabilité de l’aggravation de la crise alimentaire mondiale.

À la demande de l’ONU, la Turquie se propose d’être à l’initiative du déminage des ports ukrainiens pour par la suite escorter les bâteaux d’approvisionnement. La mise en place de corridors maritimes semble être en bonne voie et Mevlüt Cavusoglu souhaiterait qu’Istanbul accueille un «centre d’observation» pour en surveiller la bonne exécution.

La présence de Sergueï Lavrov en Turquie n’est pas anodine et représente pour Ankara l’occasion de réaffirmer son intention d’être un médiateur entre les deux belligérants. Jusqu’ici, les tentatives de négociation par l’entremise turque avaient été plutôt vaines et la position de la Turquie se doit d’être clarifiée. La semaine dernière, le président turc Recep Tayyip Erdogan s’est entretenu au téléphone avec son homologue russe Vladimir Poutine qui lui aurait dit être prêt à travailler avec la Turquie pour la libération des routes maritimes bloquées en raison de la guerre.

08/06/2022 : Le Conseil suprême de sécurité de Moldavie se réunit pour parler de la sécurité alimentaire. -Victor Martin-

Le 8 juin, la présidente moldave, Maia Sandu, a convoqué le Conseil suprême de Sécurité (CSS) afin d’assurer la sécurité alimentaire de la Moldavie tandis que la guerre en Ukraine fait rage, entraînant les cours des biens alimentaires à la hausse.

A l’issue de la réunion, le CSS a déclaré vouloir améliorer et fluidifier le commerce, exportations comme importations, afin de faciliter les approvisionnements. Les réserves obligatoires de l’Etat de produits alimentaires mais également de matières premières vont être augmentées.

Enfin, les ministères de l’Agriculture et de l’Economie devront, sous trois semaines, finaliser une nouvelle stratégie de sécurité alimentaire qui pourrait comprendre un contrôle strict des exportations.

08-09/06/2022: De nouvelles nominations pour les gouvernements des Républiques populaires autoproclamées de Donetsk et Lougansk. – Clelia Frouté –

Le 08 juin, le gouvernement de la République populaire autoproclamée de Donetsk a été limogé suite à la démission du Premier ministre Alexandr Ananchenko, demandée par le chef de la république Denis Pushilin. 

Denis Pushilin justifie cet ordre par le besoin de stimuler le processus d’intégration de la république. Un second décret a nommé comme nouveau Premier ministre Vitaly Khotsenko, auparavant fonctionnaire du ministère de l’Industrie et du Commerce de Russie.

Vitaly Khotsenko a déclaré que «la synchronisation de la législation avec la Fédération de Russie est d’une importance cruciale», et qu’ainsi ressort une volonté de réformer pour atteindre une «unification avec les lois russes».

Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, a commenté l’annonce pour confirmer qu’ «un échange d’opinions avait eu lieu»,  et que le Kremlin «respecte la décision du chef de la République Populaire de Donetsk». Il a ajouté que  «Moscou attendait des nouveaux membres du gouvernement qu’ils contribuent à intensifier les efforts pour relancer la région».

Dmitri Peskov en a profité pour annoncer que de futures nominations par voie d’élection se feraient dans les régions ukrainiennes «libérées».

Parallèlement, Leonid Pasechnik, chef de la République populaire de Lougansk, a nommé ce jeudi l’ancien vice-gouverneur de la région russe de Kourgan, Vladislav Kuznetsov, premier vice-président du gouvernement de la République populaire de Lougansk.

09/06/2022 : L’Union Européenne ouvre son marché aux produits agricoles moldaves. -Victor Martin-

Le 9 juin, l’Union Européenne a décidé d’ouvrir plus amplement son marché aux exportations de produits agricoles moldaves, plus précisément de sept produits (prunes, raisins, pommes, tomates, ail, cerises et jus de raisin). Ces exportations sont soumises à des quotas qui ont, temporairement, été doublés. Les autres exportations ne sont pas soumises à ces quotas. Les volumes concernés par cette libéralisation partielle représentent 55 millions d’euros.

Cette décision «est un signe tangible de la solidarité de l’Union Européenne» envers les pays victimes des conséquences de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, a déclaré Ursula Von Der Leyen, la présidente de la Commission européenne. En effet, l’économie moldave a beaucoup souffert de ce conflit, l’inflation atteignant désormais 29%.

09/06/2022 : L’Union Européenne ouvre son marché aux produits agricoles moldaves. -Victor Martin-

Le 9 juin, l’Union Européenne a décidé d’ouvrir plus amplement son marché aux exportations de produits agricoles moldaves, plus précisément de sept produits (prunes, raisins, pommes, tomates, ail, cerises et jus de raisin). Ces exportations sont soumises à des quotas qui ont, temporairement, été doublés. Les autres exportations ne sont pas soumises à ces quotas. Les volumes concernés par cette libéralisation partielle représentent 55 millions d’euros.

Cette décision «est un signe tangible de la solidarité de l’Union Européenne» envers les pays victimes des conséquences de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, a déclaré Ursula Von Der Leyen, la présidente de la Commission européenne. En effet, l’économie moldave a beaucoup souffert de ce conflit, l’inflation atteignant désormais 29%.

09/06/2022 : L’Union Européenne ouvre son marché aux produits agricoles moldaves. -Victor Martin-

Le 9 juin, l’Union Européenne a décidé d’ouvrir plus amplement son marché aux exportations de produits agricoles moldaves, plus précisément de sept produits (prunes, raisins, pommes, tomates, ail, cerises et jus de raisin). Ces exportations sont soumises à des quotas qui ont, temporairement, été doublés. Les autres exportations ne sont pas soumises à ces quotas. Les volumes concernés par cette libéralisation partielle représentent 55 millions d’euros.

Cette décision «est un signe tangible de la solidarité de l’Union Européenne» envers les pays victimes des conséquences de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, a déclaré Ursula Von Der Leyen, la présidente de la Commission européenne. En effet, l’économie moldave a beaucoup souffert de ce conflit, l’inflation atteignant désormais 29%.

Previous Article

VEILLE RUSSIE – du 4 juin au 10 juin 2022

Next Article

VEILLE UNION EUROPEENNE – Du 4 juin au 10 juin 2022