FrançaisEnglish
  
     
         
Blog

VEILLE EUROPE DE L’EST – Du 15 octobre au 21 octobre 2022.

Equipe de la veille géopolitique hebdomadaire Europe de l’Est: Matisse Grenier, Alicia Tintelin, supervisée par Clelia Frouté.

15/10/2022 : Les premiers convois de soldats russes arrivent en Biélorussie. – Alicia Tintelin –

De premiers convois de troupes russes en Biélorussie le samedi 15 octobre. À terme, ce sont 9000 soldats russes qui doivent être ainsi transférés dans le cadre du groupement militaire conjoint entre Moscou et Minsk dont la création avait été annoncée plus tôt dans la semaine par les présidents Alexandre Loukachenko et Vladimir Poutine, notifiait le site russe Gazeta. Le lendemain de l’arrivée des soldats russes, la Russie a également livré des avions de combat.

Le ministère de la Défense biélorusse, par voie de communiqué, a expliqué que cette initiative ne serait que défensive et ne servirait qu’à renforcer la sécurité des frontières biélorusses. D’après le chef de l’État-major général biélorusse, Viktor Toumar, Minsk craint «l’activité intense de l’Ukraine et des pays de l’OTAN aux frontières de la Biélorussie» ainsi que «les menaces grandissantes pour la sécurité de l’état de l’Union russo-biélorusse».

Jusqu’ici, la Biélorussie n’a pas directement pris part aux combats menés par les Russes sur le territoire ukrainien. «Personne ne nous demande de participer à l’opération. Et nous n’avons pas l’intention de nous embarquer là-dedans. Nous l’avons toujours dit et le redisons» affirmait Alexandre Loukachenko le 14 octobre dans une interview à la chaîne américaine NBC. Pour autant, le 24 février dernier, jour de l’invasion russe en Ukraine, le territoire biélorusse avait été le point de départ de troupes russes qui avaient tenté de prendre la ville de Kyiv. La Biélorussie avait également autorisé Moscou a envoyé des missiles et des drônes kamikazes depuis son territoire. 

Mardi 11 octobre, lors du G7, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait accusé la Russie «d’entraîner directement la Biélorussie dans cette guerre».

16/10/2022 : La Présidence tchèque de l’UE exhorte la Serbie à un alignement de sa politique des visas sur celle de l’Union européenne. -Matisse Grenier-

Selon le réseau de médias européens EURACTIV, le ministre de l’Intérieur tchèque Vit Rakusan a déclaré dimanche 16 octobre à la télévision tchèque que «si la Serbie n’accepte pas l’harmonisation de la politique des visas avec les États membres de l’UE, on peut envisager de réintroduire l’obligation de visa pour la Serbie».

Dès vendredi 14 octobre, la politique de visas de Belgrade a suscité les critiques lors d’une réunion des ministres européens de l’Intérieur. Il est reproché à la Serbie sa politique d’exemption de visa plus souple que celle de l’Union européenne, ce qui alimenterait l’emprunt de la route migratoire des Balkans occidentaux pour rejoindre l’UE. La Serbie a annoncé qu’elle se conformera aux politiques européennes d’ici à la fin de l’année.

Cette passe d’armes intervient alors que la Présidence tchèque de l’UE a préconisé le concept de «responsabilité flexible» dans le cadre d’une nouvelle proposition sur la réforme de la politique de migration et d’asile de l’UE, qui ambitionne de rassembler les différentes sensibilités européennes et d’intégrer les pays frontaliers de l’UE au nouveau dispositif.

Par ailleurs, dans un entretien accordé à EURACTIV République tchèque en août 2022, l’ambassadrice de République tchèque à Sarajevo, Ivana Hlavsová, a évoqué la libéralisation des visas pour le Kosovo comme objectif de la Présidence tchèque de l’UE, ce qui n’est pas du goût de la Serbie.

17/10/2022 : Le Président serbe annonce un accord avec la Hongrie pour la construction d’un oléoduc reliant la Hongrie à la Serbie. -Matisse Grenier-

D’après Le Courrier des Balkans, le président serbe Aleksandar Vucic a officialisé l’accord serbo-hongrois sur la construction d’un oléoduc de 128 kilomètres reliant Algyo, dans le Sud de la Hongrie, à Novi Sad, deuxième ville serbe située dans le Nord du pays. Il s’agit en réalité de l’allongement de l’oléoduc Droujba (qui signifie «Amitié» en russe) acheminant le pétrole russe jusqu’en Allemagne, via l’Ukraine et desservant la Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque. 

En effet, la Serbie est indirectement impactée par le dernier train de sanctions de l’UE qui vise notamment les importations de pétrole russe par voie maritime, y compris à destination de pays tiers. Or, la Serbie s’approvisionnait principalement via un oléoduc en provenance de Croatie, contenant du pétrole russe importé par tanker vers les côtes adriatiques.

Selon le quotidien croate Vecernji List, «la Serbie devait initialement bénéficier d’une dérogation accordée par l’UE», avant que celle-ci ne soit supprimée à l’initiative de la Croatie, ce qui contribue aux tensions diplomatiques entre les deux voisins balkaniques.

 

Previous Article

VEILLE EUROPE DE L’EST – Du 08 octobre au 14 octobre 2022.

Next Article

VEILLE EUROPE DE L’EST – Du 22 octobre au 28 octobre 2022.