FrançaisEnglish
  
     
         
Blog

VEILLE RUSSIE – du 2 avril au 8 avril 2022

Équipe de veille Russie : Lauren Lemaire-Hec, Manik Tadevosian, Enzo Pavodan

03/04/2022 : Vladimir Medinsky déclare que le projet de traité de paix entre la Russie et l’Ukraine n’est pas encore prêt à être présenté – Lauren Lemaire-Hec – 

Le chef de la délégation russe aux pourparlers avec l’Ukraine, Vladimir Medinsky, a affirmé, le 3 avril, en ce qui concerne l’état de préparation d’un projet d’accord avec l’Ukraine, qu’il «ne [partageait] pas l’optimisme d’Arakhamia» (ndlr: le chef de la délégation ukrainienne), observant que «les services diplomatiques et militaires de l’Ukraine semblent être très en retard dans la mise en œuvre, même des accords qui ont déjà été conclus au niveau politique». V. Medinsky a également souligné  que «la partie ukrainienne a commencé à aborder ces questions de manière réaliste» et que la position russe concernant la Crimée et le Donbass restait inchangée. 

03/04/2022 : Le ministère de la Défense russe reposte sur Telegram une publication qui qualifie de «campagne médiatique planifiée» les informations sur Boutcha – Lauren Lemaire-Hec –

Le 3 avril, le ministère de la Défense russe a partagé une publication du compte «Vojna s fejkami», affirmant que les informations concernant le massacre de Boutcha étaient une «campagne médiatique planifiée». Le poste en question indique que «des observations sur Boutcha sont apparues dans plusieurs publications étrangères à la fois – cela ressemble à une campagne médiatique planifiée. Étant donné que les troupes ont quitté la ville le 30 mars, où étaient ces images pendant 4 jours ? Leur absence ne fait que confirmer le faux». Dès le 2 et 3 avril, des informations faisant état de dizaines de corps de personnes civiles gisant dans les rues de la ville de Boutcha, près de Kiev, ont commencé à être publiées par des représentants des autorités ukrainiennes, ainsi que par Reuters et l’AFP. Niant toute implication de l’armée russe dans les massacres de la ville, le ministère a également ajouté que les photographies et vidéos des civils décédés étaient «une autre provocation» et «une autre production du régime de Kiev pour les médias occidentaux». En outre, le chef de le Comité d’enquête, Alexander Bastrykin, a demandé à ce que la diffusion d’informations sur le massacre de civils soit traitée comme crime en vertu de l’article 207.3 du Code pénal sur les «fake news» concernant les activités de l’armée russe.

04/04/2022 : La Russie demande la tenue d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU en rapport avec la «provocation monstrueuse des radicaux ukrainiens à Boutcha» – Lauren Lemaire-Hec – 

Le représentant permanent adjoint de la Fédération de Russie auprès de l’ONU, Dmitry Polyansky, a demandé le 4 avril dans un post sur Telegram, que soit tenue une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU dans le cadre de la «provocation des radicaux ukrainiens à Boutcha». En effet, les autorités ukrainiennes accusent les militaires russes d’avoir tué des civils dans la région de Kiev, notamment dans la ville de Boutcha. Les corps des civils décédés y ont été retrouvés après le départ des militaires russes de la région, qui la contrôlait depuis plusieurs semaines. Selon Dmitry Polyansky, Moscou «exposera au grand jour les provocateurs ukrainiens et leurs mécènes occidentaux». La demande de la Russie a finalement été rejetée, suite à un refus du Royaume-Uni qui préside le Conseil de sécurité.

06/04/2022 : Aleksander Grushko declare que la Russie prépare une réponse face aux sanctions européennes – Lauren Lemaire-Hec – 

Le vice-ministre des Affaires étrangères russe, Aleksander Grushko, a affirmé le 5 avril que la Russie préparait une réponses aux sanctions de l’Union européenne. Alors que le même jour, la présidente de la Commission européenne annonçait une cinquième série de sanctions économiques à l’encontre de la Russie, Aleksander Grushko déclarait: «Bien sûr, nous prendrons des mesures de rétorsion, développerons celles qui sont appropriées afin de protéger nos intérêts légitimes dans les sphères économiques et autres». En outre, plusieurs pays ont décidé de renvoyer des diplomates russes, dont notamment l’Italie, la France, le Japon, le Royaume-Uni, la Roumanie, la Lettonie… ce à quoi Moscou dit également préparer des réponses. L’ambassade russe en Allemagne a exprimé son regret face aux «actions hostiles du côté allemand» et a promis de ne pas les laisser sans conséquences, après que 40 employés aient été déclarés persona non grata. Concernant le Royaume-Uni, le ministère russe des Affaires étrangères avait déclaré le 5 mars que «l’hystérie des sanctions, dans laquelle Londres joue l’un des rôles principaux, sinon le rôle principal, ne laisse [à la Russie] d’autre choix que de prendre des mesures de rétorsion sévères et proportionnées».

06/04/2022 : Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov a démenti toute implication de la Russie dans le massacre de Boutcha dans un interview accordé à LCI – Manik Tadevosian –

Après plus de quarante jours de conflit entre la Russie et l’Ukraine, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov a été invité au journal télévisé du Groupe TF1, le 6 avril. Au cours de cet entretien, D. Peskov s’est exprimé sur le conflit ukrainien, tout en évoquant la nécessité d’une rencontre entre Volodymyr Zelensky et Vladimir Poutine et en réfutant toute responsabilité de l’armée russe dans les crimes perpétrés à Boutcha. En effet, concernant l’implication russe dans les crimes commis à Boutcha, D. Peskov est resté fidèle au discours du Kremlin en affirmant «nous démentons totalement l’idée que nos personnels militaires aient pu être impliquées dans de tels crimes». Il a également ajouté que «les images, enregistrements et photos que vous avez pu voir, sont le résultat d’une falsification orchestrée». Selon le porte-parole de Vladimir Poutine «l’armée russe ne vise pas les civils, ne bombarde pas de maisons ou habitations».  

06/04/2022: Vladimir Jirinovski, figure de la vie politique russe, est mort -Manik Tadevosian- 

Le leader du Parti Libéral-Démocrate (LDPR) et le député, Vladimir Jirinovski a succombé au Covid-19, le 6 avril, à l’âge de 75 ans. Présent dans le paysage politique russe depuis les années 1990, Vladimir Jirinovski a acquis une notoriété importante notamment grâce à ses positions ultra nationalistes et anti-occidentales. Pour certains, un politique habile et orateur charismatique qui a participé à toutes les élections présidentielles de la Russie, sans toutefois s’opposer directement à Vladimir Poutine, pour d’autres un nationaliste provocateur, Vladimir Jirinovski a été consideré comme  une  figure controversée. En annonçant son décès, le président de la Douma, Viatcheslav Volodine a salué «un homme brillant et talentueux, qui comprenait profondément comment fonctionne le monde et avait beaucoup prédit». Ses collègues députés lui ont rendu hommage par une minute de silence au sein de la Douma. 

07/04/2022: Des images montrent des militaires ukrainiens achevant des soldats russes – Enzo Padovan –

Le 4 avril, alors que les faits de Boutcha étaient révélés dans les médias, une autre vidéo a été mise en ligne sur le site internet Telegram. Cette vidéo montre une route, sur laquelle au moins trois cadavres de soldats russes sont disposés (identifiés par leur uniforme, et les brassards de couleur blanche qu’ils portaient) entourés de soldats ukrainiens. Ces derniers abattent de trois coups de feu un quatrième prisonnier russe. Les images montrent par ailleurs qu’un des cadavres a les mains attachées dans le dos, tandis que la tête de l’homme exécuté est recouverte d’une veste qui cache son visage. Cette vidéo a été authentifiée par le New York Times le 6 avril, et a estimé la date de l’événement au 30 mars. Le journal a aussi identifié la route, la situant dans le village de Dmytrivka, située à 12 kilomètres au sud-ouest de Boutcha. Justement, au même endroit, une autre vidéo avait été filmée, et publiée par l’agence UNIAN le 30 mars. Sur cette dernière, la légende «la Légion géorgienne continue d’aider les Ukrainiens à nettoyer la région de Kiev des ‘libérateurs’» est présente. L’identité exacte des soldats impliqués dans ces exécutions est en cours de vérification. Une enquête, menée par le responsable de la commission d’enquête russe, Alexander Bastrykin, a été ouverte cette semaine par le Kremlin. Son objectif est de se pencher sur les accusations à l’encontre des troupes ukrainiennes, soupçonnées d’avoir commis des crimes de guerre au cours du conflit.

07/04/2022 : La Russie est suspendue du Conseil des droits de l’homme des Nations unies – Lauren Lemaire-Hec –

Après un vote pour une résolution qui s’est tenu le jour anniversaire du génocide de 1994 au Rwanda, le 7 avril, la Russie a été suspendue du Conseil des droits l’homme. A l’initiative des Etats-Unis, la résolution a été adoptée par 93 votes pour, 24 votes contre (Russie, Chine, Cuba, Corée du Nord, Iran, Syrie, Vietnam…) et 58 abstentions (Inde, Brésil, Afrique du Sud, Mexique, Égypte, Arabie saoudite…). L’assemblée générale a exprimé dans cette résolution «sa profonde préoccupation face à la crise humanitaire et des droits de l’homme en cours en Ukraine, en particulier face aux informations faisant état de violations et d’atteintes aux droits de l’homme et de violations du droit international humanitaire par la Fédération de Russie», raison pour laquelle elle a «[décidé] de suspendre les droits de membre du Conseil des droits de l’homme de la Fédération de Russie». Cette dernière avait rejoint le Conseil en janvier 2021 en tant que l’un des 15 pays élus par l’Assemblée générale pour un mandat de trois ans. Le même jour, le représentant permanent de la Russie auprès de l’Office des Nations Unies à Genève, Gennady Gatilov, déclarait que «la Fédération de Russie a pris la décision consciente de se retirer par anticipation du Conseil des droits de l’homme de l’ONU le 7 avril 2022». 

 

Previous Article

VEILLE SUD-CAUCASE – du 2 avril au 8 avril 2022

Next Article

VEILLE ASIE CENTRALE – du 2 avril au 8 avril 2022