FrançaisEnglish
  
     
         
Blog

VEILLE EUROPE DE L’EST – Du 15 juillet au 22 juillet 2022

Equipe de la veille géopolitique Europe de l’Est: Olga Chekhurska, Alicia Tintelin, supervisée par Clelia Frouté.

17/07/2022 : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky limoge la procureure générale et le chef des services de sécurité. – Alicia Tintelin –

Le 17 juillet, Volodymyr Zelensky a limogé en Ukraine la procureure générale, Iryna Venediktova, et le chef des services de sécurité, Ivan Bakanov. Si ce dernier était un ami d’enfance du président Zelensky, Iryna Venediktova avait entre autres dirigé l’enquête sur les présumés crimes de guerre commis au début de l’invasion russe dans la ville de Boutcha. Le président ukrainien justifie sa décision d’écarter ces deux hauts fonctionnaires en raison de soupçons de trahison au profit de la Russie pesant sur nombre de leurs subordonnés. «Un si grand nombre de crimes contre les fondations de la sécurité nationale et les liens établis entre des responsables ukrainiens en charge de l’application des lois et les services spéciaux russes posent des questions très sérieuses aux dirigeants concernés» a-t-il déclaré.

Les ordonnances de limogeage ont été rendues publiques et accompagnées des explications du chef de l’État adressées au peuple ukrainien dans lesquelles il assure que «les actions et inactions de chaque fonctionnaire dans le secteur de la sécurité et dans les organismes d’application de la loi seront évaluées».

Au total, «651 poursuites pénales ont été enregistrées concernant la trahison et les activités de collaboration des employés des bureaux du procureur, des organismes d’enquête avant le procès et d’autres organismes d’application de la loi», explique encore le président ukrainien sur son site officiel.

Cette décision assumée de la part du président ukrainien intervient notamment la veille d’une réunion de l’Union européenne visant à renforcer les sanctions contre Moscou.

19/07/2022 : L’Union Européenne a lancé les négociations d’adhésion avec l’Albanie et la Macédoine du Nord – Clelia Frouté –

Des conférences intergouvernementales se sont tenues à Bruxelles le 19 juillet 2022 pour la mise en œuvre de la décision du Conseil européen de mars 2020 d’ouvrir les négociations d’adhésion de la Macédoine du Nord et de l’Albanie. Le 25 mars 2020 avaient été formulées des conclusions sur l’élargissement et le processus de stabilisation et d’association, qui avaient été formellement adoptées par voie de procédure écrite, pour être approuvées le lendemain par les membres du Conseil européen.

Dans ce cadre, des compromis ont été faits, notamment l’engagement de la Macédoine du Nord à modifier sa constitution, mais aussi faire du macédonien l’une des langues officielles de l’Union Européenne. En Macédoine du Nord, la question d’adhésion avait fait l’objet de débats avant de finalement bénéficier d’un vote positif au parlement national macédonien, le Sobranie. L’Albanie a quant à elle travaillé pour la garantie de réformes répondant aux critères d’adhésion. L’adhésion avait d’abord fait l’objet d’un veto de la Bulgarie sur fond de tensions historiques avec la Macédoine du Nord, à laquelle la candidature de l’Albanie est associée. La Macédoine du Nord avait également dû changer de nom fin 2018 afin de mettre fin au litige avec la Grèce, ce qui lui avait ouvert la voie vers une adhésion à l’OTAN.  

22/07/2022 : L’accord sur l’exportation des céréales ukrainiennes est signé le 22 juillet à Istanbul. -Olga Chekhurska-

Le 21 juillet le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin, a déclaré que «l’accord sur l’exportation de céréales, d’une importance cruciale pour la sécurité alimentaire mondiale, sera signé demain à Istanbul sous les auspices du président turc Recep Tayyip Erdogan et du secrétaire général de l’ONU, António Guterres, ainsi que des délégations ukrainienne et russe».

En raison de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, des millions de tonnes de céréales se sont accumulées dans les ports de la mer Noire. La perturbation des exportations de céréales ukrainiennes et d’autres produits agricoles est devenue l’un des facteurs de la croissance des prix alimentaires mondiaux. L’ONU a mis en garde contre le danger de famine dans certains pays, notamment en Afrique, qui dépendent fortement des importations de céréales ukrainiennes.

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a déclaré que l’accord ouvre la voie à la reprise des exportations commerciales de produits alimentaires à partir de trois ports ukrainiens clés, Odessa, Tchernomorsk et Yuzhny, et que l’ONU établira un centre de coordination pour superviser la mise en œuvre de l’accord.

L’accord prévoit les inspections des navires transportant les céréales au départ et à l’arrivée en Turquie et les couloirs de navigation sécurisés à travers la mer Noire. De même, le contrôle des trois ports ukrainiens reste entièrement du côté ukrainien. La présence dans ces ports d’autres navires, à l’exception de ceux qui sont censés assurer l’exportation des céréales, n’est pas prévue.

 

Previous Article

VEILLE ASIE CENTRALE – du 16 juillet au 22 juillet 2022

Next Article

VEILLE SUD-CAUCASE – du 23 juillet au 29 juillet 2022