FrançaisEnglish
  
     
         
Blog

VEILLE SUD-CAUCASE – du 12 mars au 18 mars 2022

12/03/2022 : Rencontre les ministres des Affaires étrangères turc et arménien en marge du Forum diplomatique d’Antalia.

Le ministre des Affaires étrangères arménien, Ararat Mirzoyan, a rencontré le 12 mars son homologue turc, Mevlut Cavusoglu, en marge du Forum diplomatique d’Antalia. Ils ont exprimé à cette occasion leur volonté de « mener le processus visant à une normalisation complète et à des relations de bon voisinage entre la Turquie et l’Arménie sans conditions préalables ». Ararat Mirzoyan a déclaré le lendemain : « L’Arménie est prête à établir des relations diplomatiques et à ouvrir les frontières avec la Turquie. J’ai été heureux d’entendre de la part de mon homologue turc qu’il existe une volonté politique de leur côté de mener le processus à cette fin également. Face à l’évolution rapide de la situation dans le monde, je pense que nous ne devons pas hésiter à prendre des mesures concrètes ».

12/03/2022: 1er tour des élections législatives en Abkhazie.

Avec 51,2 % de participation au premier tour des élections législatives en Abkhazie sur 132 000 électeurs, 17 sièges ont été pourvus au Parlement. Le second tour devrait avoir lieu dans 18 autres circonscriptions. Le MAE géorgien a décrit cette élection comme « une nouvelle tentative futile de légitimer l’occupation illégale en cours des deux régions faisant partie intégrante de la Géorgie » tandis que l’ambassadeur de l’UE en Géorgie, Carl Hartzell, a déclaré « en ce qui concerne les soi-disant élections législatives […] nous rappelons que l’Union européenne ne reconnaît pas le cadre constitutionnel et juridique dans lequel elles se sont déroulées ». L’ambassade américaine et le MAE azerbaïdjanais se sont livrés à des déclarations similaires.

14/03/2022 : Le discours de la présidente géorgienne au Parlement appelle à l’unité et renvoie dos à dos gouvernement et opposition.

Lors de son discours annuel au Parlement géorgien, la présidente Salomé Zurabishvili s’est livré à de vives critiques contre le gouvernement géorgien actuel en déclarant que celui-ci « [péchait] contre son pays ». Mais elle a surtout appelé à l’unité renvoyant dos à dos gouvernement et opposition en déclarant : « Je ne comprends pas, et je ne peux pas tolérer qu’à ce tournant, au lieu de mettre fin aux querelles, aux querelles, à l’inimitié, à la confrontation destructrice et à la polarisation, vous, réunis ici, oubliez ce que nos armoiries affichent : la force est dans l’unité. […]  La majorité [parlementaire], au lieu de rechercher le consensus, dépeint quiconque n’est pas d’accord avec elle comme un traître ou comme le parti de la guerre  […] L’opposition, au lieu de rechercher le consensus, qualifie sans appel toute déclaration ou décision du gouvernement de pro-russe ».

Elle a confirmé les informations circulant au sujet du refus du gouvernement géorgien de ses visites de travail à l’étranger, et notamment celles récentes effectuées à Paris, Berlin, Bruxelles et Varsovie. Elle a également appelé Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, à renvoyer son ambassadeur à Tbilissi afin que « les liens entre [leurs] deux nations en ces moments graves soient pleinement renforcés, plus étroits et inébranlables » tout en soulignant que «tout désaccord entre la Géorgie et l’Ukraine est bénéfique pour la Russie et la Russie seule ».

14-15/03/2022 : Échange de déclarations des ministères des Affaires étrangères arménien et azerbaïdjanais au sujet du processus de paix au Karabakh.

Leyla Abdullayeva, porte parole du MAE azerbaïdjanais a rappelé le 14 mars 5 principes de base contenus dans les propositions azerbaïdjanaises du document d’une page « sur les principes de base pour l’établissement des relations entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie » déjà présenté à la partie arménienne. Elle a ainsi énoncé ces 5 principes : « reconnaissance mutuelle du respect de la souveraineté, de l’intégrité territoriale, de l’inviolabilité des frontières internationalement reconnues et de l’indépendance politique de l’autre ; confirmation mutuelle de l’absence de revendications territoriales les unes contre les autres et acceptation d’obligations juridiquement contraignantes de ne pas soulever une telle revendication à l’avenir ; obligation de s’abstenir, dans leurs relations interétatiques, de porter atteinte à la sécurité de l’autre, de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, tant contre l’indépendance politique que contre l’intégrité territoriale, et de toute autre manière incompatible avec les objectifs de la Charte des Nations Unies ; délimitation et démarcation de la frontière de l’État et établissement de relations diplomatiques; déblocage des transports et autres communications, mise en place d’autres communications, le cas échéant, et établissement d’une coopération dans d’autres domaines d’intérêt mutuel ».

Le même jour, le MAE arménien a déclaré que la République d’Arménie avait répondu «aux propositions de la République d’Azerbaïdjan et [avait] demandé à la coprésidence du Groupe de Minsk de l’OSCE d’organiser des négociations en vue de la signature d’un accord de paix entre la République d’Arménie et la République d’Azerbaïdjan sur la base de la Charte des Nations Unies , du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et de l’Acte final d’Helsinki ». Il a rappelé le lendemain que « les deux pays, ayant signé le 8 décembre 1991 “l’Accord sur la création de la Communauté des États indépendants”, ont en fait déjà reconnu l’intégrité territoriale de l’autre et accepté qu’ils n’ont aucune revendication territoriale l’un envers l’autre » mais il a également demandé  que « le statut du Haut-Karabakh soit enfin clarifié » tout en déclarant « Pour nous, le conflit du Haut-Karabakh n’est pas une question territoriale, mais une question de droits ».

Le MAE azerbaïdjanais lui a ainsi répondu le 15 mars: « La position de l’Azerbaïdjan sur la normalisation des relations entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie est claire et cohérente. Nous n’avons pas besoin de répéter la position que nous avons exprimée à de nombreuses reprises […] l’Azerbaïdjan a fait des propositions à cet égard et est prêt à aller de l’avant dans cette direction. Si l’Arménie prend également la question au sérieux, alors elle doit présenter ses propositions concrètes et doit donc démontrer qu’elle est prête à entamer des négociations de fond et axées sur les résultats ». Tandis qu’Edouard Aghajanian, président de la commission permanente des relations extérieures du Parlement arménien, a déclaré le même jour : « Je pense que les négociations devraient commencer. Y compris sur la question du statut définitif de l’Artsakh ». 

14-15/03/2022 : Échange téléphonique d’Antony Blinken avec Ilham Aliev et Nikol Pachinian.

Les 14 et 15 mars, le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, s’est entretenu successivement avec le président arménien puis avec le président azerbaïdjanais le lendemain. Il a ainsi demandé à ses deux interlocuteurs de « faire preuve de retenue et intensifier l’engagement diplomatique pour trouver des solutions globales à tous les problèmes en suspens ». Il s’est exprimé en faveur d’un « règlement global du conflit du Haut-Karabakh dans le cadre des coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE » lors des discussions avec la partie arménienne tout en l’exhortant à poursuivre ses réformes démocratiques. Il a également appelé au respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales en Azerbaïdjan lors de sa discussion avec la partie azerbaïdjanaise.

14-16/03/2022 : Visite du représentant spécial de l’Union européenne pour le sud-Caucase en Arménie et en Azerbaïdjan.

Toivo Klaar, représentant spécial de l’UE pour le sud-Caucase est arrivé le 14 mars à Erevan où il a rencontré le Premier ministre Nikol Pashinyan, le ministre des Affaires étrangères Ararat Mirzoyan, le ministre de l’Administration territoriale et des Infrastructures Gnel Sanosyan, le secrétaire du Conseil de sécurité Armen Grigoryan et le vice-président de l’Assemblée nationale Ruben Rubinyan. Ce voyage était destiné à tenir des consultations sur « la manière dont l’UE peut soutenir un Caucase du Sud pacifique et stable, en particulier en aidant l’Arménie et l’Azerbaïdjan à surmonter les conséquences de la guerre et à mettre en œuvre une série de mesures de confiance » selon la délégation de l’UE en Arménie. Il s’est rendu le 16 mars à Bakou, après avoir salué la réparation en cours par la partie azerbaïdjanaise du gazoduc endommagé le 8 mars et alimentant le « Nagorno-Karabakh »., réparation achevée le 18 mars.

Les dénonciations azerbaïdjanaises de rupture du cessez-le-feu de la semaine dernière se sont poursuivies en début de semaine, le ministère de la Défense azerbaïdjanais dénonçant le 13 mars des tirs de « détachements armés illégaux arméniens », ce qui a encore été qualifié de « désinformation » par l’armée de défense du Nagorno-Karabakh.

16/03/2022 : Les principaux rivaux d’Anatoli Bibilov empêchés de se présenter aux «élections présidentielles» en Ossétie du sud.

La commission électorale centrale de l’Ossétie du sud a enregistré le 16 mars 5 candidats pour les élections présidentielles qui devraient se tenir le 10 mai prochain. Ainsi, aux côtés d’Anatoli Bibilov qui prétend au renouvellement de son mandat, Alan Gagloev, chef du parti Nykhas, Dmitry Tasoev, ancien député, Garry Mouldarov, député, et Alexander Pliev, vice-président du Parlement pourront entrer en lice. 12 candidatures ont été rejetées dont celles des deux adversaires principaux de l’actuel président, à savoir le ministre de la Défense, Ibragim Gasseev, et le député David Sanakoev, et ce, malgré les 3500 signatures recueillies conditionnant leur candidature.

Le 15 mars, Vladimir Poutine, le président russe, a soumis à la Douma pour ratification l’accord concernant les facilités d’obtention de la double nationalité pour les citoyens d’Ossétie du sud. Cet accord devrait entrer en vigueur pour une période de 5 ans renouvelable. Les unités de la 4ème base militaire russe de Tskhinvali sont parties sur le front ukrainien et comprennent des forces sud-ossètes conformément à l’accord militaire signé avec Moscou en 2017.

16-18/03/2022 : Échange téléphonique du ministre des Affaires étrangères française avec le président russe et avec son homologue français.

Le 16 mars, Le MAE arménien, Ararat Mirzoyan, s’est entretenu avec le président russe Vladimir Poutine, de la situation au Karabakh et de l’appel de l’Arménie aux co-présidents du groupe de Minsk dans le cadre de la résolution du conflit. Ils ont également évoqué le dialogue arméno-turc et la situation en Ukraine. Il s’est aussi entretenu le 18 mars avec son homologue français Jean Yves le Drian, avec lequel il a abordé les questions de coopération économique entre les deux pays mais aussi la situation à la frontière arméno-azerbaïdjanaise et le rôle des co-présidents du groupe de Minsk. Le MAE français s’est aussi entretenu avec son homologue azerbaïdjanais, Djeyhun Bayramov le 17 mars, avec lequel il a abordé les 5 principes de base proposés par la partie azerbaïdjanaise dans le cadre de la résolution du conflit.

Previous Article

VEILLE UNION EUROPEENNE – du 5 mars au 11 mars 2022

Next Article

VEILLE ASIE CENTRALE – du 12 mars au 18 mars 2022