FrançaisEnglish
  
     
         
Blog

VEILLE SUD-CAUCASE – du 12 février au 18 février 2022

11/02/2022 : Ratification de la déclaration de Choucha par les présidents turc et azerbaïdjanais.

Le 11 février, Recep Tayip Erdogan, le président turc, a ratifié avec son homologue azerbaïdjanais, Ilham Aliev, la déclaration de Choucha signée en juin 2021 et approuvée par les parlements des deux pays. Ce document inclue des questions politiques et commerciales, notamment le corridor de transport à travers le Zanguezour mais il vise surtout à consacrer un accord d’assistance militaire mutuelle en cas de menace ou d’agression par un pays tiers contre l’indépendance, la souveraineté et l’intégrité territoriale des deux pays. Cette déclaration prolonge l’accord signé avec l’ancien président turc Abdullah Gül il y a dix ans et ce, cent ans après le traité de Kars.

13/02/2022 : Arrestation de plusieurs militaires de haut-rang de l’armée azerbaïdjanaise pour corruption.

Les autorités azerbaïdjanaises ont arrêté le 13 février le colonel Rafael Khalilov, chef du département des finances du ministère de la Défense, ainsi que trois militaires de haut rang de l’armée nationale, dont Bayram Bayramov, chef du département des finances des forces terrestres, Farahim Sarkarov, chef du département des finances d’une unité militaire, et Vusal Alizade, un officier, qui ont tous été placés en détention provisoire pour une période de 4 mois pour des chefs d’inculpation de «détournement de fonds» de plus de 10 millions d’euros et d’«abus de pouvoir», suite à une restructuration en cours du système financier du ministère concerné qui est liée à la coopération avec les forces armées turques. Ces arrestations ont été suivies de celle du Jalal Kazimov, chef du département financier de l’armée de l’air le 17 février.

14-16/02/2022 : Visite du représentant spécial de l’UE pour le sud-Caucase, Toivo Klaar, en Géorgie.

Le représentant spécial de l’UE pour le sud-Caucase, Toivo Klaar, s’est rendu en Géorgie le 14 février, après sa visite en Arménie, pour rencontrer le ministre des affaires étrangères David Zalkaliani, le lendemain, avec lequel ils se sont entretenus de la sécurité régionale et des «mesures prises par la Russie à l’encontre de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la Géorgie et de l’Ukraine». Ont ainsi été abordées les questions de militarisation, de fortification des lignes d’occupation, et de violations des Droits de l’Homme, notamment les atteintes à la liberté de circulation et les détentions arbitraires. Il a rencontré le lendemain 16 février la ministre de la Réconciliation, Tea Akhvlediani, afin d’approfondir les discussions autour des problématiques humanitaires en Abkhazie et en Ossétie du sud. Ils ont ainsi convenu de poursuivre leurs efforts en vue de la libération de 7 prisonniers à Soukhoumi et Tskhinvali, alors que le même jour le citoyen géorgien Genadi Bestaev, libéré d’Ossétie du sud novembre dernier est décédé dans la clinique où il recevait des soins depuis sa libération, après deux ans de détention. Le 17 février, le Parlement européen a adopté une résolution sur la mise en œuvre de la Politique Étrangère de Sécurité Commune (PESC) appelant l’UE et ses États membres à reconnaître la perspective européenne de la Géorgie et de l’Ukraine.

14-16/02/2022 : Renforcement de la coopération éducative et médiatique entre Sokhoumi et Moscou.

Le ministre des Affaires étrangères abkhaze, Inal Arzimba, en déplacement en Russie depuis le 8 février, au cours duquel il s’est entretenu avec le secrétaire d’État de l’État de l’Union entre la Biélorussie et la Russie, Dimitri Mezentsev, le 10 février, a également rencontré le chef du Rossotrudnichestvo, l’Agence fédérale pour les affaires de la communauté des États indépendants, les compatriotes vivant à l’étranger et la coopération humanitaire, Yevgueni Primakov, avec lequel il a convenu d’augmenter les activités conjointes et d’étendre le soutien aux jeunes d’Abkhazie, ce qui a donné lieu à l’annonce, le 14 février, de l’ouverture d’un centre de jeunesse «l’Avenir de l’Abkhazie» dans les locaux de la mission abkhaze à Moscou dont la coordination sera assurée par Edgar Gdazava, étudiant au MGIMO. Ce centre a vocation à aider les Abkhazes à la recherche de formations et de stage en Russie et sa création a été précédée de nombreux échanges avec les responsables universitaires du MGIMO, de l’École supérieure d’économie, de l’Académie diplomatique du MAE russe et de l’Université financière dépendante du gouvernement russe. Le 16 février, l’ouverture d’un centre des médias du MAE abkhaze a été évoqué par Inal Arzimba et Margarita Simonian, rédactrice en chef de Rossiya Segodnia, Sputnik et RT.

14-16/02/2022 Poursuites des tractations autour de la résolution du conflit du Karabakh sur fond d’accusations réciproques arméno-azerbaïdjanaises de rupture du cessez-le-feu

Le 14 février, le représentant spécial de l’UE pour le sud-Caucase, Toivo Klaar, s’est rendu en Arménie où il a rencontré le premier ministre arménien, Nikol Pachinian, le vice-premier ministre, Mehr Grigorian, le MAE Ararat Mirzoyan et le ministre de la Défense Suren Papikian. Ont ainsi été abordées les questions relatives aux résultats de la réunion en visioconférence quadripartite du 4 février, l’arrivée prévue de la mission de l’Unesco et des organisations internationales dans la zone de conflit du Nagorno-Karabakh. Les interlocuteurs se sont entendus sur la nécessité de poursuite du processus de résolution du conflit sous les auspices du groupe de Minsk de l’OSCE. L’ambassadeur des États-Unis en Azerbaïdjan, Lee Litzenberger, a tenu à démarquer la position des États-Unis vis à vis de la Russie en déclarant le 16 février que la «position de principe [des États-Unis] est de ne pas fournir des armes meurtrières à l’un ou l’autre camp. […] Je souligne que la Russie est également membre du groupe de Minsk mais qu’elle a une position complètement différente vis à vis de ses obligations et qu’elle fournit des armes à la fois à l’Arménie et à l’Azerbaïdjan. Nous ne pensons pas que ce soit un moyen acceptable de parvenir à un règlement pacifique». Le même jour, le MAE russe, Sergueï Lavrov, s’est entretenu successivement avec ses homologues arménien et azerbaïdjanais, Ararat Mirzoyan et Djeyhun Bayramov, afin de discuter de la mise en œuvre des accord trilatéraux ainsi que sur la situation en Ukraine. Le même jour, le ministère de la Défense russe a publié un rapport sur la situation des forces de maintien de la paix spécifiant la mort d’un soldat russe suite à des tirs essuyés depuis les positions azerbaïdjanaises la veille. Le 16 février l’ambassadrice française en Arménie, Anne Louyot, et le ministre de la Défense arménien, Suren Papikian, se sont entretenus au sujet de projets de coopération en matière de défense et de sécurité. Le ministère de la Défense azerbaïdjanais a dénoncé des tirs arméniens en date du 14 et du 15 février dans les districts de Kelbadjar et de Tovuz tandis que la partie arménienne a signalé l’état grave d’un militaire arménien suite à un bombardement azerbaïdjanais le 15 février ainsi que des tirs sur un agriculteur pris pour cible dans le village de Khramort près d’Askeran le même jour.

15/02/2022 : L’assemblée nationale d’ »Artsakh » adopte la loi « sur les territoires occupés » en première lecture.

le 15 février, a été adopté à l’unanimité et en première lecture au « Parlement d’Artsakh » la «loi sur les territoires occupés» visant une interdiction des activités des organisations étrangères souhaitant opérer sans l’autorisation du «gouvernement d’Artsakh» sur un territoire moindre que celui de l’ancien oblast autonome du Nagorno-Karabakh.

15-17/02/2022 : Une journaliste et des militants des droits humains passés à tabac à Bakou.

Le 15 février, la journaliste Teymur Karimov, a été passée à tabac à plusieurs reprises au poste de police puis aux urgences hospitalières, alors qu’elle avait été arrêtée en même temps que deux consœurs, Fatima Movlamli et Sevinj Sadigova, couvrant avec elles une manifestation de mères de soldats azerbaïdjanais morts en dehors du champ de bataille et réclamant pour eux le statut de «martyrs» qui ouvrirait à leurs familles des droits à indemnisation.

Le 17 février, c’est Rufat Safarov et Zaur Akper, deux militants des droits humains qui ont été, eux aussi, passés à tabac dans les locaux de la police de Narimanov à Bakou, où il s’étaient rendus pour tenter de rencontrer Ramish Jafarov, un chef d’entreprise ayant organisé le blocage de l’avenue Heydar Aliev le matin même avec ses camions.

15-17/02/2022 : L’expulsion de trois dirigeants du Parlement géorgien tend un peu plus les relations avec l’U.E.

Le Parlement géorgien a mis fin aux mandats de trois députés d’opposition le 15 février. Cette mesure concerne d’abord Shalva Natelashvili, président du parti travailliste, et Elena Khostaria, présidente du parti «Droa» («Il est temps !»), sanctionnés pour «n’avoir pas assisté sans raison valable à plus de la moitié des séances ordinaires» du Parlement et ce, en vertu d’une loi récemment modifiée qui devrait aussi les priver du soutien financier de l’État et du temps d’antenne gratuit à la télévision. Elle concerne également Badri Japaridze, un dirigeant du parti «Lelo», condamné pour fraude en janvier. Tous trois étaient signataires d’un mémorandum conjoint de boycott des activités parlementaires le 11 décembre 2020. Ces sanctions interviennent alors que le Mouvement National Uni (MNU), principal parti d’opposition, a annoncé en janvier la fin de son boycott parlementaire, suivi en cela de près par le parti travailliste, puis la création d’une commission parlementaire d’enquête sur les mauvais traitements présumés de son fondateur actuellement emprisonné, Mikheïl Saakashvili, et qui nécessite le soutien d’un tiers du nombre total des députés. Le mandat de deux autres parlementaires ayant été résiliés en 2021, l’opposition ne dispose plus que de 55 des 60 sièges qu’elle détenait. Cette décision a été vivement contestée par l’opposition, les organisations de la société civile et par la présidente elle même, Salome Zurabishvili. Badri Japaridze a annoncé sa candidature aux prochaines élections législatives partielles de Rustavi le 2 avril prochain, pour laquelle il a reçu le soutien du MNU. L’ambassadeur de l’UE en Géorgie, Karl Hartzel, a quant à lui déclaré que cette décision «s’est sans doute faite au détriment de l’inclusivité politique et du pluralisme démocratique au Parlement», ce qui a amené une réponse rapide du président du parti au pouvoir «Rêve géorgien», Irakli Kobakhidze, avançant qu’aucune des déclarations du diplomate «n’était juste et impartiale et [que] c’est justement pourquoi elles ne [les] intéressaient pas»

Cette décision intervient quelques jours après la 10ème commission d’association parlementaire UE-Géorgie qui a donné lieu à de nombreuses déclarations dans les jours suivants, et notamment celle de la députée européenne Marina Kaljurand, présidente de la délégation du Parlement européen pour les relations avec le sud-Caucase avançant le 14 février que «la situation pourrait encore être améliorée dans certains domaines, notamment la responsabilité des forces de l’ordre, l’indépendance du pouvoir judiciaire et la lutte contre la discrimination des groupes vulnérables et des minorités» et faisant part des inquiétudes concernant «les lacunes des élections législatives de 2020 et des élections municipales de 2021 […] le maintien des nominations des juges à la Cour suprême, la récente réforme des tribunaux de droit commun, la suppression précipitée du Service de l’inspecteur d’État, et la lenteur des progrès de la réforme constitutionnelle». Elle a également insisté sur le nécessaire respect de l’accord du 19 avril avec l’UE et elle a renouvelé la suggestion de mise en place d’un dialogue Jean Monnet pour favoriser la coopération entre partis politiques au Parlement.

16/02/2022 : Condamnation géorgienne du vote de la Douma en faveur de l’indépendance des républiques autoproclamées de Lougansk et Donetsk.

Le vice-premier ministre et ministre des affaires étrangères, Davit Zalkaliani, a condamné le 16 février, l’appel lancé par la Douma russe à Vladimir Poutine de reconnaître l’indépendance des républiques auto-proclamées de Donetsk et de Lougansk dans le Donbass qu’il a qualifié de «particulièrement alarmant» et de «catégoriquement inacceptable» et affirmant que cette décision «aggraverait encore la situation déjà difficile et mettrait en péril les accords internationaux», au cours d’une réception à l’ambassade d’Ukraine en Géorgie organisée le « Jour de l’Unité » en présence de représentants de l’administration présidentielle, du ministère de la Défense, ainsi que de la diaspora ukrainienne, de divers partis politiques, de la société civile et des médias. Ce journée a été marquée par de nombreux messages de soutien de l’ensemble du spectre politique géorgien et particulièrement de la présidente Salome Zurabishvili, et par l’éclairage au couleurs ukrainiennes de la tour de la télévision et du stade de football de Batoumi. Il est à noter que l’ambassade de Géorgie et les consulats géorgiens dans les villes d’Odessa et de Donetsk sont passés en mode de travail d’urgence et de sécurité renforcée.

16-17/02/2022 : Participation du ministre de la Défense géorgien à la réunion de l’OTAN à Bruxelles et multiplication des accords de coopération.

En marge de la rencontre entre les ministres de la Défense des États membres de l’OTAN à Bruxelles des 16 et 17 février, à laquelle ont été invités les ministres ukrainien et géorgien, le ministre de la Défense géorgien Juansher Burchuladze a rencontré le secrétaire général de l’OTAN, Jens Soltenberg, ainsi que le président du comité militaire et amiral, Rob Bauer, avec lesquels il s’est entretenu du renforcement de leur coopération face aux défis de sécurité et aux menaces provenant de Russie, ainsi que des prochains exercices OTAN-Géorgie 2022 prévus en mars. Il a également rencontré son homologue américain, Lloyd Austin, entretien pendant lequel ils ont souligné l’importance du protocole d’accord sur l’initiative de Renforcement de la Défense et de la Dissuasion de la Géorgie (RDDG) signé le 14 février et qui s’inscrit dans la continuité du Programme de Préparation à la Défense de Géorgie (PPDG). Des questions de coopération bilatérales ont également été discutées avec son homologue tchèque, Jana Cernochova, avec laquelle il a signé un plan 2022 de coopération entre leurs ministères, ainsi qu’avec une délégation du ministère lituanien avec lequel il a également signé un plan 2022 de coopération et un mémorandum de coopération avec le Kaunas Cyber Defense Center incluant les États-Unis et l’Ukraine. Le 17 février, les ministres de la défense de l’OTAN ont réaffirmé leur politique de la «porte ouverte» et leur détermination à ne pas revenir à «une ère de sphères d’influence où les grandes puissances intimident et dictent aux autres».

Previous Article

VEILLE ASIE CENTRALE – du 12 février au 18 février 2022

Next Article

VEILLE UNION EUROPEENNE – Du 12 février au 18 février 2022