FrançaisEnglish
  
     
         
Blog

VEILLE RUSSIE – du 7 mai au 13 mai 2022

Équipe de veille Russie : Lauren Lemaire-Hec, Manik Tadevosian, Enzo Pavodan

09/05/2022 : Vladimir Poutine promet d’admettre dans les universités les enfants des soldats russes morts en Ukraine sans examen -Enzo Padovan-

Le 9 mai, le Président russe Vladimir Poutine a signé un décret promettant la mise en place de quotas spéciaux dans les universités du pays, destinés aux enfants des soldats tués et blessés au cours du conflit ukrainien ; ce quota s’élève plus précisément à 10% de la totalité des places en écoles supérieures. Cette annonce eut lieu pendant la parade de la Victoire, organisée chaque année à Moscou en commémoration de la victoire soviétique de 1945 contre l’Allemagne nazie. Ainsi, les enfants des militaires morts pourront accéder à ces places sans examen, et ceux des blessés pourront en faire de même dans les écoles militaires, notamment celles du réseau Suvorov, présentes dans tout le pays. Au total, le décompte des pertes effectué par le service russe de la BBC estime, qu’au 6 mai, 2 120 soldats russes seraient morts en Ukraine. De même, le Ministère de l’Education et de la Science a annoncé que les établissements d’études supérieures russes seraient désormais ouverts aux étudiants des Républiques de Donetsk et de Lougansk, passant ainsi de 5 000 à 23 000 places réservées aux élèves internationaux.

10/05/2022 : Le parlement lituanien déclare la Russie «État terroriste» -Enzo Padovan-

Le 10 mai, le Seimas (Parlement de la Lituanie) a, au cours de la visite d’Olena Kondratiouk, vice-présidente de la chambre basse de Kiev, unanimement voté une résolution qualifiant la Russie d’Etat terroriste ; en effet, cette dernière est accusée d’avoir «consciemment et systématiquement sélectionné des cibles civiles pour ses bombardements». La Lituanie a par ailleurs reconnu les exactions commises par l’armée de Vladimir Poutine en Ukraine comme des actes de génocide, et a invité la communauté internationale à en faire de même. Vilnius est même allée jusqu’à proposer la création d’un tribunal pénal international dédié au conflit ukrainien, qui pourrait avoir le pouvoir d’arrêter des chefs d’Etats ou des membres de gouvernement. Pour le moment, la Lettonie, l’Estonie et le Canada ont tous reconnu le caractère génocidaire de l’agression russe. Olena Kondratiouk a, de plus, déclaré qu’elle souhaitait voir la Lituanie jouer un rôle actif dans la possible intégration de l’Ukraine à l’UE, en raison du grand soutien politique apporté par Vilnius à Kiev ; il s’agit là du premier Etat-membre de l’UE à avoir renoncé au gaz russe, mais aussi à avoir expulsé des diplomates russes de leur territoire. 

10/05/2022 : Sergueï Lavrov effectue une visite en Algérie -Lauren Lemaire-Hec- 

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov est arrivé le 10 mai en Algérie, afin de s’entretenir avec son homologue algérien, Ramtan Lamamra. La dernière visite du ministre russe s’était tenue il y a 3 ans, en 2019. Le voyage actuel a lieu l’année du 60e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux États. Reçu par le président Abdelmadjid Tebboune Sergueï Lavrov a déclaré que la Russie «[apprécie] beaucoup la position pondérée, objective et équilibrée de l’Algérie sur la question ukrainienne». Avec le Maroc et l’Egypte, l’Algérie fait partie des trois premiers partenaires commerciaux de la Russie en Afrique. Elle n’a d’ailleurs pas adhéré aux sanctions occidentales contre les actions russes en Ukraine. Dans ce contexte de sanctions, notamment sur les exportations de gaz et de pétrole russes, plusieurs pays européens cherchent à réduire leur dépendance envers la Russie en se tournant vers l’Algérie. Les discussions lors de cette visite porteront alors notamment sur la résolution de problèmes internationaux : la guerre en Ukraine,  le conflit israélo-palestinien, le règlement syrien, la crise en Libye, entre autres.

11/05/2022: Le gouverneur de la région de Belgorod, Vyacheslav Gladkov accuse l’Ukraine d’avoir visé le village de Solokhi -Manik Tadevosian-

Le 11 mai, le gouverneur de la région de Belgorod, Vyacheslav Gladkov a annoncé qu’une personne a été tuée et trois autres ont été blessées dans le sud-ouest de la Russie suite à des bombardements provenant de l’Ukraine. D’après V. Gladkov, 17 maisons et six voitures ont été également endommagées et les fenêtres d’une école, d’un bureau de poste et d’un magasin ont été brisées. Cette attaque n’a pas été confirmée par les autorités ukrainiennes. Il ne s’agit pas la première fois que le gouverneur de la région de Belgorod accuse les autorités ukrainiennes des bombardements commis sur son territoire. En avril, Vyacheslav Gladkov avait accusé des hélicoptères ukrainiens d’avoir attaqué un dépôt de carburant à Belgorod. Concernant l’attaque du 11 mai, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que «c’est une situation qui rend nécessaire des mesures supplémentaires pour renforcer la sécurité de ces zones adjacentes à l’Ukraine».

12/05/2022 : Des feux de forêt ravagent la Russie -Lauren Lemaire-Hec- 

Le 12 mai, la superficie totale des incendies de forêt en Russie au cours de la journée a augmenté d’environ 9 000 hectares. Ces feux de forêts sont de plus en plus récurrents chaque été en Russie. Cette année, le service de presse du Service fédéral de protection aérienne des forêts a rapporté que la plus grande zone d’incendie avait été signalée dans la région de l’Amour. Le 11 mai, 155 incendies de forêt sur une superficie de 16 987 hectares avaient été recensés – et 204 incendies de forêt ont été éteints en Russie sur une superficie de 26 291 hectares. Dans le cadre des manœuvres interrégionales, 910 combattants du Service de sécurité aérienne ont participé à l’extinction des incendies dans les régions : 76 dans la région de l’Amour, 573 dans la région de Kourgan, 62 en République de Khakassie, 27 en République de Bouriatie, 37 dans la République de Tyva, 117 dans le territoire de Krasnoïarsk et 18 dans la région d’Omsk.

13/05/2022 : Le ministère des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov indique que la Russie sera “obligée de prendre des mesures militaro-techniques” en cas d’adhésion de la Finlande à l’OTAN -Manik Tadevosian- 

Suite à l’annonce du président et de la Première ministre de la Finlande de leur volonté d’adhérer «sans délai» à l’OTAN, la Russie a menacé la Finlande d’une riposte «militaro-technique», le 13 mai. Si l’adhésion se concrétise, la Russie sera «obligée de prendre des mesures réciproques, militaro-techniques et autres, pour mettre fin aux menaces à sa sécurité nationale», a répliqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué, en appelant Helsinki à «prendre conscience de ses responsabilités». Moscou perçoit donc ce probable élargissement comme une menace. En parallèle, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov a déclaré  «Nous avons déjà déclaré à plusieurs reprises que l’élargissement de l’Otan et le rapprochement de l’infrastructure militaire de l’Alliance de nos frontières ne rendraient pas le monde et notre grand continent européen plus stables et plus sûrs». La décision de la Russie de suspendre ses livraisons d’électricité à la Finlande à partir du 14 mai, s’inscrit à la suite de ces événements. 

13/05/2022 : Le représentant permanent adjoint de la Russie auprès de l’ONU déclare que la Russie ne voyait plus de différence entre l’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne et à l’OTAN -Lauren Lemaire-Hec-

Le représentant adjoint du pays auprès de l’ONU, Dmitri Polyansky, a annoncé le 13 mai que la Russie a changé sa position sur la question de l’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne. Lors d’une interview avec le média britannique Unherd, Dmitri Polyansky a en effet déclaré : «Je pense que nous n’étions pas très inquiets de l’Union européenne à ce moment-là [lors des négociations d’Istanbul fin mars], mais la situation a changé après la déclaration de M. Borrell selon laquelle cette guerre doit être gagnée sur le champ de bataille. Et comme l’UE est le leader en matière de fourniture d’armes, je pense que notre position sur l’UE est maintenant plus proche de la position sur l’OTAN, car nous ne voyons pas la différence». Plus tôt, fin mars, Fin mars, le chef de la délégation russe aux pourparlers avec l’Ukraine, Vladimir Medinsky, avait déclaré que la Russie n’était pas contre l’entrée de l’Ukraine dans l’UE : «De son côté, la Fédération de Russie ne s’oppose pas à la volonté de l’Ukraine d’adhérer à la Union européenne». Le diplomate a également commenté la potentielle adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN, affirmant que l’apparition d’unités de l’alliance dans les zones frontalières ferait de ces territoires une cible possible pour les frappes russes – tout comme le territoire de la Russie serait une cible possible pour les frappes de l’OTAN.

Previous Article

VEILLE SUD-CAUCASE – du 7 mai au 13 mai 2022

Next Article

VEILLE ASIE CENTRALE – du 7 mai au 13 mai 2022