FrançaisEnglish
  
     
         
Blog

VEILLE RUSSIE – du 5 novembre au 11 novembre 2022

Equipe de veille Russie: Ilinka Léger, Enzo Padovan, Arnaud Huss, Nicolas Girard, Corentin Delon, Olga Shevchuk, Anastasia K.

07/11/2022 : Le ministère des Affaires étrangères russe réaffirme son soutien à Belgrade sur la question du Kosovo – Nicolas Girard

Le 7 novembre, le ministère des Affaires étrangères russe a commenté la situation au Kosovo. Maria Zakharova, porte-parole dudit ministère, fait remarquer dans sa déclaration une aggravation de la situation, notamment du fait de provocations des «soi-disantes autorités de Pristina [avec] le soutien […] de Washington et de ses alliés européens». Toujours selon le ministère russe des Affaires étrangères, les autorités serbes feraient preuve d’une «approche constructive» malgré le «nettoyage ethnique» dont les populations serbes du Kosovo sont victimes. La Russie demande, au travers de cette déclaration, à Belgrade et Pristina de trouver une solution en respect du droit international, et de la résolution 1244 du Conseil de sécurité de l’ONU de 1999.  Cette dernière prévoyait l’envoi d’une force de maintien de la paix dans la région, mais  réaffirmait également l’intégrité territoriale et la souveraineté de la Serbie sur ce territoire (République Fédérale de Yougoslavie à l’époque). Le Kosovo a déclaré son indépendance en 2008 mais n’est pas reconnu comme tel par la Serbie ou la Russie. Cependant de nombreux États occidentaux comme les États-Unis, la France, l’Allemagne, l’Australie, ou encore l’Égypte ont reconnu son indépendance.

08/11/2022 : Des familles de soldats russes mobilisés se plaignent de mauvais traitements et «exigent» leur retour du front – Anastasia K.

Depuis la mobilisation «partielle» annoncée par le Kremlin le 21 septembre, les médias d’opposition russes (Meduza, Tvrain) ont multiplié les articles déplorant le traitement et la gestion des contingents russes mobilisés dans le cadre de la guerre en Ukraine. Les familles des soldats se confient davantage au sujet du manque d’équipements militaires, ainsi que d’alimentation, d’eau, et des produits d’hygiène.  Elles dénoncent, par exemple, le manque de clareté des instructions données aux combattants sur les missions à effectuer et le fait que certains mobilisés (refusant de participer aux offensives) seraient détenus dans des sous-sols et menacés de subir des peines carcérales, voire d’être exécutés pour «trahison». La communication est rare et certaines familles restent sans nouvelles depuis des jours. Depuis, les familles des mobilisés ont alors adressé aux autorités locales des demandes écrites de rapatriement, qui demeurent cependant sans réponse à ce jour.

08/11/2022 : Des députés de la Douma d’Etat proposent de classer Greenpeace parmi les organisations « indésirables » – Enzo Padovan

Le 8 novembre, Alexander Yakubovsky, député de la Douma d’Etat russe, a porté une proposition auprès du Procureur général de la Fédération de Russie. Sur sa chaîne Telegram, le député déclare que cette proposition vise à «reconnaître que l’activité de l’organisation internationale Greenpeace, qui n’est pas concernée par la loi sur les agents étrangers, est indésirable sur le territoire russe.» Cette initiative est soutenue par d’autres députés issus des régions proches du lac Baïkal. Le 23 septembre, Mr Yakubovsky, dans une autre publication sur la même chaîne Telegram, avait déjà accusé Greenpeace de «recevoir des fonds des mêmes pays qui fournissent les armes utilisées pour tuer les civils de Donetsk, et qui propagent la russophobie et le nazisme».

La branche russe de Greenpeace a répondu à ces accusations : l’ONG écologiste s’est en effet opposée à des tentatives d’amendements à la loi «Sur la Protection du Lac Baïkal». Selon Greenpeace, la levée de l’interdiction sur l’abattage d’arbres autour des rives des eaux pourrait avoir de graves conséquences sur la biodiversité locale, et intensifier la pollution du lac. Alexander Yakubovsky a d’ailleurs soutenu ces amendements. Le journal indépendant Svoboda précise que les organisations dites «indésirables» seront interdites de séjour en Russie. Tout citoyen russe participant à leurs activités est susceptible de recevoir une forte amende (jusqu’à 500 000 roubles), ou de subir une peine d’emprisonnement allant jusqu’à quatre ans.

09/11/2022 : Sommet russo-iranien sur les questions de sécurité à Téhéran – Corentin Delon

Le 9 novembre, un sommet russo-iranien s’est tenu à Téhéran, visant à l’ouverture d’un dialogue sur les questions sécuritaires. Ainsi, le Conseil de sécurité de la Fédération de Russie a relaté la rencontre de l’actuel secrétaire du conseil Nikolai Patrushev avec le président iranien Ebrahim Raisi. Les thèmes mis à l’honneur lors de ce sommet sont la lutte contre le terrorisme, les échanges d’informations sécuritaires et dans le domaine de la justice, la nécessité de coopération bilatérale ainsi qu’un échange de vues sur les situations ukrainienne et moyen-orientale.

Selon le communiqué de presse du Conseil de sécurité, publié le 9 novembre sur leur site internet, un accent particulier a été mis sur «l’importance d’accroître l’échange d’expériences dans le développement du potentiel économique de la Russie et de l’Iran et de construire des relations commerciales extérieures sous la pression des sanctions». Cette information met en exergue la volonté mutuelle de continuer le rapprochement des deux nations régulièrement pointées du doigt par les puissances occidentales. En conclusion, le communiqué indique qu’à «l’issue des consultations, les parties ont réaffirmé leur volonté d’élargir davantage le dialogue russo-iranien par le biais des conseils de sécurité».

09/11/2022 : Vladimir Poutine signe un décret pour «protéger les valeurs traditionnelles» – Olga Shevchuk 

Le 9 novembre, le président russe Vladimir Poutine a approuvé les «Fondements de la politique de l’Etat pour la préservation et le renforcement des valeurs spirituelles et morales traditionnelles russes». Le texte de loi devrait servir de base à la planification stratégique dans le domaine de la sécurité nationale.

La liste des valeurs traditionnelles comprend la vie, la dignité, les droits et les libertés de l’homme, le patriotisme, le service à la patrie, les idéaux moraux élevés, la famille forte, le travail créatif et la priorité du spirituel sur le matériel. Dans le même temps, il est noté dans le document que la Russie subit la menace de plusieurs États : «Les valeurs traditionnelles sont menacées par les activités des organisations extrémistes et terroristes, les médias et les communications de masse, les actions des États-Unis d’Amérique et d’autres États étrangers hostiles».

Selon le décret, il devrait servir de référence pour les réformes dans les domaines de l’éducation, de la culture et des médias. Il est également mentionné que les forces de l’ordre doivent améliorer les méthodes pour empêcher la propagation d’idéologies étrangères.

09/11/2022 : Le ministre de l’Éducation russe annonce l’instauration d’un entraînement militaire élémentaire dans les écoles russes à la rentrée 2023 – Nicolas Girard

Le 9 novembre, le ministre de l’Éducation, Sergeï Kravstov, a annoncé la mise en place d’un entraînement militaire pour les écoliers russes à partir de septembre 2023. Selon l’agence de presse russe TASS, le ministre aurait fait cette déclaration auprès des médias lors d’une remise de prix académiques. Cette annonce fait suite à la demande formulée par le vice-président de la Douma Boris Chernyshov dans RiaNovosti, en septembre 2022. Depuis, de nombreuses personnalités politiques russes se sont dites en faveur de l’instauration d’une telle mesure. Le député du parti présidentiel Russie Unie, Adalbi Shkhagoshev a déclaré, dans une vidéo publiée par le média pro-Kremlin Izvestia, que c’était une «initiative intéressante», ajoutant que «les citoyens mobilisés et qui ont reçu une préparation militaire à l’école étaient mieux préparés».

09/11/2022 : Le retrait russe de la région de Kherson a commencé – Arnaud Huss

Le 9 novembre, le général Sergueï Sourovikine, à la tête de l’«opération militaire spéciale», a annoncé au cours d’un briefing militaire (relayé par la télévison du ministère de la Défense) le retrait des troupes russes de la rive occidentale du Dniepr où se trouve la ville de Kherson. Cette information a été confirmée par Sergueï Choïgou, ministre de la Défense et relayée par les agences de presse  gouvernementales le jour-même. Pour rappel, l’armée russe s’était déployée dans la capitale régionale début mars et l’oblast de Kherson avait été reconnu comme territoire russe le 30 septembre lors d’une cérémonie à Moscou. Cette démarche avait été qualifiée de «tentative d’annexion» par l’Assemblée générale des Nations Unies.

Le journal Le Monde, estime que l’armée russe souhaite éviter les pertes de matériels et d’hommes connus lors de la contre-offensive ukrainienne sur Kharkhiv en se retirant. Ainsi, concernant Kherson, Sergueï Choïgou a demandé à «procéder au retrait des troupes et prendre toutes les mesures pour assurer le transfert en toute sécurité du personnel, des armes et des équipements à travers le fleuve Dniepr» (des propos relayés par l’agence de presse TASS). De nombreux analystes estiment que le retrait des troupes russes de Kherson symbolise un revers stratégique important pour Moscou, qui cherchait par cette voie à se déployer en direction d’Odessa. Le 10 novembre, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a pour sa part commenté le retrait russe comme une défaite : «la Russie est sous forte pression, et s’ils quittent Kherson, ce serait une nouvelle victoire pour l’Ukraine».

Le 11 novembre, le ministère de la Défense russe a déclaré que le redéploiment de ses troupes sur la rive gauche du Dniepr avait été achevé et s’était déroulé sans perte.

Previous Article

VEILLE EUROPE DE L’EST – Du 29 octobre au 04 novembre 2022

Next Article

VEILLE SUD-CAUCASE – du 5 novembre au 11 novembre 2022