FrançaisEnglish
  
     
         
Blog

VEILLE RUSSIE – du 2 juillet 8 juillet 2022

Équipe de veille Russie : Lauren Lemaire-Hec, Manik Tadevosian, Enzo Pavodan, Simon Bouclier, Amandine Paillette, Olga Shevchuk

04/07/2022 : Le colonel général Lapin reçoit le titre de Héro de Russie – Lauren Lemaire-Hec-

Vladimir Poutine a conféré, le 4 juillet, le titre de Héro de Russie au colonel général Lapin. 

Commandant du district militaire central et du groupement centre, le colonel général a participé à la capture de la région de Lougansk, raison pour laquelle le président russe et son ministre de la Défense ont choisi de lui décerner ce titre. Selon Sergueï Choïgou, la région connait une «libération complète», c’est-à-dire un contrôle des forces russes sur 182 km carrés.

Lors d’une discussion entre Vladimir Poutine et Sergueï Choïgou, le président de la fédération de Russie a proposé de «remettre également des prix d’État à tous les soldats qui se sont distingués au cours de ces opérations militaires». Vladimir Poutine a dit savoir «qu’il y a beaucoup de soldats courageux, professionnels, courageux dans le bon sens du terme, dans l’armée russe, suffisamment nombreux, et qu’ils devraient tous être honorés par les récompenses d’État appropriées de la Mère Patrie».

04/07/2022 : L’Université d’État de Moscou présente un nouveau programme de Master «Guerres d’informations et hybrides» – Olga Shevchuk –

Le 4 juillet, les journalistes ont remarqué que la Faculté des sciences politiques de l’Université d’État de Moscou, l’une des universités les plus anciennes et les plus importantes de Russie, a ouvert ses inscriptions à un programme de Master pour la formation de spécialistes «dans le domaine de la lutte contre les technologies de l’information moderne, hybrides, les guerres commerciales et révolutions de couleur». 

«L’objectif du programme est de former des spécialistes capables de développer, de planifier et de mettre en œuvre des opérations pour contrer l’information, la guerre hybride et les révolutions de couleur hybrides», indique le site de l’université.

Le programme sera dirigé par Andreï Manoilo, un participant à la guerre en Syrie et auteur d’ouvrages sur la politique d’information et les affaires étrangères de la Russie. Les étudiants sont invités à étudier des disciplines telles que «Programmation neuro-linguistique” et «Soutien informationnel pour les opérations militaires et policières spéciales dans les médias»

 06/07/2022 : Novaya Gazeta condamnée à une amende de 300 000 roubles -Lauren Lemaire-Hec-

Le 6 juillet, le tribunal du district Simonovsky de Moscou a infligé une amende à Novaya Gazeta pour diffusion de fausses informations, en vertu de l’article 13.15 du Code des infractions administratives de la Fédération de Russie : diffusion d’informations socialement significatives délibérément inexactes sous l’aspect d’informations fiables.

Selon une source du média russe TASS, les raisons de cette condamnation serait liées à la publication d’un message vidéo du rédacteur en chef, Dimitri Muratov, sur le site Web de Novaya Gazeta et dédié à l’opération spéciale en Ukraine. Dans cette vidéo, les propos du rédacteur en chef allaient contre les demandes du Roskomnadzor de ne pas qualifier la campagne militaire en Ukraine d’ «invasion», d’ «attaque» ou de «déclaration de guerre» – ce qui n’a pas été respecté par Dimitri Muratov : «nous nous sommes tous réunis à la rédaction tôt aujourd’hui. Nous sommes en deuil. Notre pays, sur ordre du président Poutine, a déclenché une guerre contre l’Ukraine. Et il n’y a personne pour arrêter la guerre. Par conséquent, avec le chagrin, nous ressentons de la honte … Seul le mouvement anti-guerre des Russes, à mon avis, peut sauver des vies sur cette planète» Cette vidéo a par la suite été retirée, à la demande du Roskomnadzor. 

L’attachée de presse du média, Nadezhda Prusenkova, a déclaré qu’aucun représentant du journal n’a été présent lors de l’examen devant le tribunal, et que les rédacteurs ne sont pas au courant de la nature des revendications du Roskomnadzor.

07/07/2022 : Ivan Safronov,  journaliste et ancien employé de Roscosmos accusé de haute trahison, «célèbre» ses  deux ans d’emprisonnement – Olga Shevchuk  –

Le 7 juillet, c’est le deuxième anniversaire de l’arrestation de l’éminent journaliste Ivan Safronov, qui travaillait pour les journaux Vedomosti et Kommerasant, ainsi que conseiller de presse du directeur de l’agence spatiale russe Roscosmos. Depuis le 7 juillet 2020, il est détenu au centre de détention provisoire de Moscou. Ivan Safronov est accusé de «haute trahison» pour avoir utilisé des sources secrètes dans ses articles et pour espionnage pour les services de renseignement tchèques et allemands, selon l’enquête. Il a écrit des notes sur des sujets militaires provoquant des scandales politiques, tels que sur la mort d’officiers russes en Syrie ou sur l’accident du sous-marin top secret Losharik, qui a coûté la vie à 14 marins en 2019. 

«Le 7 juillet, cela fait exactement 2 ans depuis le début que mon histoire a commencé et exactement en même temps que je vis au centre de détention provisoire de Lefortovo sous l’inculpation de ce que je n’ai pas commis… Je refuse d’assimiler journalisme et espionnage : parce que je suis engagé dans le premier depuis 10 ans, et que je n’ai rien à voir avec le second. Cela a déjà été prouvé devant les tribunaux», Ivan Safronov a écrit dans sa lettre.

Le procès a commencé le 5 mars et à la veille de l’anniversaire, un autre avocat du journaliste, Dmitry Talantov, a été arrêté. Ivan Safronov risque jusqu’à 20 ans de prison.

07/07/2022 : Le président russe Vladimir Poutine rencontre les chefs de partis à la Douma -Manik Tadevosian- 

Le 7 juillet, le président russe Vladimir Poutine a rencontré les chefs de partis afin de dresser un bilan de la situation en Ukraine. Au cours de cette rencontre, Vladimir Poutine a affirmé que la Russie n’a «pas encore commencé les choses sérieuses». «En même temps, nous ne refusons pas les négociations de paix. Mais ceux qui les refusent doivent savoir que plus longtemps (ils refuseront), plus il leur sera difficile de négocier avec nous», a-t-il ajouté. En parallèle, le président russe a mis au défi les occidentaux de défaire la Russie «sur le champ de bataille». «Aujourd’hui, nous entendons qu’ils veulent nous vaincre sur le champ de bataille. Que dire ? Qu’ils essaient !» «Nous avons plusieurs fois entendu que l’Occident voulait nous combattre jusqu’au dernier Ukrainien. C’est une tragédie pour le peuple ukrainien. Mais il semble que tout se dirige dans cette direction», a-t-il poursuivi. Ces déclarations interviennent dans un contexte de renforcement des livraisons d’armes à l’Ukraine par les États-Unis et les pays européens. 

07/07/2022 : La Turquie a relâché le navire russe Zhibek Zholy, l’Ukraine déclare que le bateau transporte du grain volé -Enzo Pavodan-

Le 07 juillet, le ministère des affaires étrangères ukrainien a déclaré que le navire marchand Zhibek Zholy, en provenance de Russie, avait quitté le port turc de Karasu. Depuis le 1er juillet, le vaisseau y était aux arrêts et gardé par les autorités locales, l’Ukraine ayant accusé Moscou de s’en servir pour transporter du grain volé dans la ville de Berdiansk. Cependant, dans la journée du 07 juillet, le navire a levé l’ancre et a regagné les eaux territoriales russes ; selon les données géographiques récoltées sur sa possible trajectoire, l’équipage aurait mit le cap en direction de Port-Kavkaz, située sur le détroit reliant la Mer Noire à la Mer d’Azov. 

En réponse à ces événements, Oleg Nikolenko, porte-parole du corps diplomatique ukrainien, a déclaré sur Twitter qu’il «regrettait que le navire russe Zhibek Zholy, chargé de céréales ukrainiennes volées, ait été autorisé à quitter le port de Karasu». L’Ukraine a de même convoqué l’ambassadeur turc à Kiev, afin qu’il puisse justifier la décision d’Ankara de laisser le navire partir. Cette décision peut, en partie, s’expliquer par l’équilibre que tente d’atteindre la Turquie. Concrètement, cette dernière soutient Kiev, en tant que membre de l’OTAN ; mais elle dépend aussi de Moscou pour sa production énergétique, justifiant ainsi sa volonté d’apparaître la plus neutre possible.

La Russie dément tout vol de marchandises ukrainiennes, bien que la situation des exports de produits agricoles soit une des conséquences majeures du conflit. Pour rappel, 20 millions de tonnes de céréales pourraient être retenues dans les ports de la Mer Noire, ce qui impacte donc très fortement la situation alimentaire mondiale. 

08/07/2022 : L’Indonésie pays hôte du G20 appel, en présence de Sergueï Lavrov, à une cessation du conflit en Ukraine – Amandine Paillette –

Le 8 juillet, s’ouvrait la réunion du G20 à Bali réunissant les différents chefs de la diplomatie des pays membres. L’occasion pour Retno Marsudi, ministre indonésienne des Affaires étrangères d’appeler les pays du monde à faire primer la diplomatie sur les conflits armés. Elle a ainsi déclaré dans le cadre de son discours de lancement pour la réunion «Il est de notre responsabilité de terminer la guerre au plus tôt et de régler nos différends à la table de négociation, pas sur le champ de bataille». Ajoutant que la guerre «se fait sentir dans le monde entier, sur l’alimentation, l’énergie et les budgets […] Et comme toujours, les pays pauvres et en développement sont les plus touchés».

La porte-parole du chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, avait averti à la veille de la première réunion du G20 que la Russie pourrait se servir de cette réunion en Indonésie comme «d’une plateforme pour sa propagande» dans le cadre du conflit en Ukraine. Alors que les États-Unis et l’Union européenne avaient demandé à exclure la Russie du forum international, l’Indonésie s’y était opposée, souhaitant représentée une figure neutre en tant qu’État hôte du G20. De la sorte, l’invitation à destination de Moscou avait été maintenue tout comme celle de Kiev. Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, était ainsi présent à l’ouverture de la réunion, assis entre ses homologues mexicain et saoudien. 

Ce dernier a de son côté confié à son homologue chinois que la «ligne agressive des Occidentaux» permettait à son pays de recevoir de la part de pays de la communauté internationale  «la compréhension et le soutien d’un nombre croissant». Par ailleurs, aucune photo officielle de groupe n’a été réalisée avec les chefs de la diplomatie, comme à l’accoutumé.

08/07/2022 : Le député Alekseï Gorinov est condamné à 7 ans de prison pour «fausses informations sur l’armée russe en Ukraine» -Olga Shevchuk-

Le 8 juillet, le tribunal du district Meshchansky de Moscou a condamné Alexeï Gorinov, député du district Krasnoselsky, à 7 ans de détention dans une colonie pénitentiaire en raison d’un discours sur la guerre en Ukraine. Il est devenu le premier à être condamné à une peine de prison en vertu du nouvel article 207.3 du Code pénal. 

«Je suis un opposant à toute guerre depuis l’enfance. Je me suis opposé à la guerre du Vietnam, à l’invasion soviétique de l’Afghanistan, au bombardement de Belgrade, aux guerres en Irak et en Syrie. Je pense que la Russie a dépassé la limite des guerres au XXe siècle… Je suis jugé pour mon opinion, pour ma déclaration, pour mes paroles», Alexey Gorinov a commenté son affaire pénale.

Le 15 mars, lors d’une réunion du conseil des députés, Alekseï Gorinov a proposé de réaliser une minute de silence «pour les victimes de l’agression militaire en Ukraine». Des accusations dans l’affaire ont également été portées contre sa collègue Elena Kotenochkina, qui a quitté la Russie. Ils sont tous deux accusés d’avoir qualifié l’invasion russe de l’Ukraine de «guerre» plutôt que d ‘ «opération spéciale», ainsi que d’avoir parlé de la mort d’enfants en Ukraine.

Previous Article

VEILLE SUD-CAUCASE – du 2 juillet au 8 juillet 2022

Next Article

VEILLE UNION EUROPEENNE – Du 2 juillet au 8 juillet 2022