FrançaisEnglish
  
     
         
Blog

VEILLE RUSSIE – du 14 mai au 20 mai 2022

Équipe de veille Russie : Lauren Lemaire-Hec, Manik Tadevosian, Enzo Pavodan, Simon Bouclier

14/05/2022 : La Russie suspend l’approvisionnement de la Finlande en électricité  -Lauren Lemaire-Hec-

Dans la nuit du 13 au 14 mai, RAO Nordic Oy, une filiale de l’entreprise russe InterRAO, a suspendu l’approvisionnement en électricité de la Finlande. La raison de cette suspension se trouve dans un défaut de paiement par la Finlande pour l’électricité fournie depuis le 6 mai, selon RAO Nordic Oy. La fin de cet approvisionnement survient alors que les relations finno-russes sont tendues dans le contexte de la guerre en Ukraine. Le 13 mai, Helsinki avait exprimé sa volonté d’adhérer «sans délai» à l’OTAN – ce qui déplait à Moscou, qui a affirmé à plusieurs reprises qu’il considérait cette adhésion comme une «menace» et qu’il «sera obligée de prendre des mesures de représailles, à la fois militaro-techniques et d’autre nature» si la Finlande venait à rejoindre l’Alliance atlantique. En outre, les représentants de la société finlandaise du réseau électrique Fingrid ont déclaré qu’ «il n’y a aucune menace pour la suffisance de l’électricité en Finlande», puisque seulement 10 % de la consommation totale provient de Russie. La Finlande devrait complètement cesser d’importer de l’électricité russe en 2023, décision justifiée par «l’évaluation des risques pour le système énergétique dans un environnement international en mutation». De son côté, RAO Nordic Oy s’est exprimé sur le sujet dans un communiqué: «Nous espérons que la situation sera bientôt résolue et que le commerce de l’électricité avec la Russie reprendra». 

14/05/2022 : Le président de la Finlande s’entretient avec son homologue russe, concernant la demande d’adhésion de la Finlande à l’OTAN -Manik Tadevosian-

Suite à l’annonce du président et de la Première ministre de la Finlande de leur volonté d’adhérer «sans délai» à l’OTAN, le chef d’État de la Finlande, Sauli Niinistö s’est entretenu par téléphone avec son homologue russe pour l’informer de la demande d’adhésion à l’alliance atlantique, le 14 mai. Les deux pays partageant une frontière de 1.300 kilomètres, la Russie perçoit l’adhésion de la Finlande à l’OTAN de manière hostile. Ainsi, Vladimir Poutine a prévenu que l’abandon de la politique traditionnelle de neutralité militaire serait une erreur, «car il n’existe aucune menace pour la sécurité de la Finlande», a déclaré le service de presse du Kremlin. La déclaration souligne que la décision d’Helsinki pourrait «avoir un impact négatif sur les relations russo-finlandaises». De son côté, Sauli Niinistö a déclaré que «la conversation a été honnête et franche». Il a ajouté également qu’«il était nécessaire d’éviter les tensions»

16/05/2022 : Vladimir Poutine affirme que l’expansion des infrastructures militaires sur le territoire de la Finlande et de la Suède engendrera une réaction russe -Enzo Padovan-

Le 16 mai, au cours du sommet pour l’Organisation du traité de sécurité collective (alliance militaire de six Etats d’Eurasie, notamment la Russie, le Kazakhstan et la Biélorussie), Vladimir Poutine a déclaré que l’intégration de la Suède et de la Finlande à l’OTAN ne représentait pas une menace directe pour Moscou. Cependant, il a aussi déclaré qu’une «extension des infrastructures militaires sur ce territoire» (sous-entendu, celui des deux pays d’Europe du Nord)  «engendrera une réponse russe» qui endommagera sérieusement les relations entre son gouvernement et les deux pays scandinaves. Le Président russe a aussi, à plusieurs reprises, qualifié cette demande d’adhésion à l’OTAN d’erreur, qui pourrait avoir des conséquences négatives sur le long terme pour la Suède et la Finlande ; la nature desdites conséquences n’a cependant pas été révélée. Cette opinion est aussi partagée par Sergeï Ryakbov, adjoint du ministre des Affaires Etrangères russe, qui a déclaré que la réaction de son pays dépendrait des décisions prises par le Pacte Atlantique une fois les deux candidatures finalisées. De même, toujours selon Vladimir Poutine, il s’agit là d’une tentative de la part des nations occidentales d’étendre leur influence au-delà de leurs zones géographiques habituelles, et donc, d’ingérer dans la politique des Etats voisins à la Russie. Sanna Marin, premier ministre finlandais, a notamment déclaré, le 15 mai, que cette décision provenait du sentiment de méfiance d’Helsinki par rapport à Moscou, et que le conflit d’Ukrainien fut l’événement qui motiva cette candidature. Le Président Poutine a aussi promis à ses interlocuteurs du sommet de leur parler, plus en détails et en privé, de l’opération spéciale en Ukraine. 

16/05/2022 : La Russie envisage de créer un mouvement de jeunesse -Simon Bouclier-

Le lundi 16 mai, L’administration présidentielle russe, le Rosmolodezh et le ministère de l’éducation envisagent de présenter à la Douma un projet de création d’un mouvement de jeunesse appelé BIG CHANGE. Ce projet de loi a été soumis à la Douma le 19 mai 2022 à l’occasion du centenaire de la création du mouvement des pionniers soviétiques. Parmi les objectifs de ce mouvement, il s’agirait de faire «la promotion de la mise en œuvre de la politique de l’État dans l’intérêt des enfants et des jeunes» afin «d’éduquer le patriotisme, l’amour de la Patrie et la citoyenneté chez les enfants et les adolescents». Selon plusieurs sources, la candidature de Damikh Fattakhov, le chef adjoint de Rosmolodezh, est envisagée pour piloter ce nouveau mouvement de jeunesse. 

17/05/2022 : La Russie et l’Ukraine suspendent leurs négociations -Enzo Padovan-

Le 17 mai, l’un des adjoints au Ministre des Affaires Etrangères russe, Andrey Rudenko, a déclaré que l’Ukraine et la Russie avaient gelé leurs négociations pour l’instant. Mr Rudenko a déclaré que Kiev «s’était retirée du processus de négociation», et «essayait de gommer les décisions qui ont déjà été validées précédemment».  Mikhail Podolyak, conseiller auprès du président Zelensky, a confirmé cette information, mais a affirmé que les conditions offertes par les russes, afin de garantir la sortie du conflit, demeuraient inacceptables, en raison de la puissante résistance militaire opposée à l’invasion du territoire ukrainien. La première session des négociations avait eu lieu en mars, à Istanbul (un terrain jugé neutre, et donc propice aux échanges), et selon les participants présents au cours des discussions, des progrès avaient pu voir le jour. Néanmoins, Moscou a vite accusé son adversaire de volontairement ralentir les échanges, ce à quoi l’administration du président Zelensky a rétorqué qu’en raison des crimes russes commis sur son territoire et des victoires militaires obtenues par les défenseurs, la société ukrainienne n’était pas prête à trouver un accord de paix avec son voisin belliqueux. Le ministre des affaires étrangères de Kiev, Dmytro Kuleba, a affirmé que la Russie n’était pas prête pour de vraies négociations sur le sujet de la guerre.

20/05/2022 : La Douma russe propose d’abolir la limite d’âge pour le service militaire sous contrat -Simon Bouclier-

Le vendredi 20 mai, un projet de loi a été présenté à la Douma par les députés de Russie Unie Andreï Kartapolov et Andreï Krasov visant à abolir la limite d’âge pour un premier contrat de service militaire. La note indicative de ce projet de loi indique que «le but du projet de loi est d’éliminer la limite d’âge pour les citoyens en âge de travailler (citoyens étrangers), à laquelle ils ont le droit de conclure le premier contrat de service militaire». Actuellement, la loi russe autorise des premiers contrats de service militaire pour les citoyens russes âgés de 18 à 40 ans et pour des citoyens étrangers de 18 à 30 ans. Cette nouvelle loi pourrait ainsi étendre la possibilité de conclure un premier contrat de service militaire jusqu’à 65 ans. Comme le rappelle la note du projet : «La mise en œuvre de telles approches aidera à attirer des spécialistes dans des spécialités populaires, principalement celles liées aux civils (soutien médical, ingénierie, maintenance, exploitation, communications, etc.) pour le service militaire sous contrat».


Previous Article

VEILLE SUD-CAUCASE – du 14 mai au 20 mai 2022

Next Article

VEILLE UNION EUROPEENNE – Du 14 mai au 20 mai 2022