FrançaisEnglish
  
     
         
Blog

VEILLE RUSSIE – du 12 mars au 18 mars 2022

Équipe de veille Russie : Lauren Lemaire-Hec, Manik Tadevosian

12/03/2022 : Le comité d’enquête russe ouvre une procédure pénale contre Meta pour incitation à l’extrémisme et apologie du terrorisme. – Lauren Lemaire-Hec – 

Le 12 mars, le comité d’enquête de la Fédération de Russie a ouvert une procédure pénale contre les employés de Meta (propriétaire de Facebook, Instagram, WhatsApp). Le chef du comité sur la sécurité et la lutte contre la corruption de la Russie, Vasily Piskarev, a appelé à l’ouverture d’une procédure pénale contre les employés de la société Meta impliqués dans la diffusion d’appels à la violence contre des citoyens de la Fédération de Russie. En outre, le député de la Douma d’État de Russie unie, Sultan Khamzaev, a déclaré que le chef de Meta, Mark Zuckerberg, devrait s’excuser pour la décision de l’entreprise d’autoriser les appels à la violence contre les Russes. La commission d’ enquête de la Fédération de Russie a ouvert une affaire pénale «en relation avec des appels illégaux au meurtre et à la violence contre des citoyens de la Fédération de Russie par des employés de la société américaine Meta» en vertu des articles 280 et 205.1 du Code pénal de la Fédération de Russie «Appels publics à des activités extrémistes» et «Assistance à des activités terroristes».

12/03/2022 : Le directeur général adjoint d’Aeroflot Andrey Panov démissionne et quitte la Russie. – Lauren Lemaire-Hec – 

Le directeur général adjoint d’Aeroflot pour la stratégie, les services et le marketing, Andrey Panov, a déclaré le 12 mars qu’il avait quitté son poste et quitté la Russie, sans préciser les raisons de son départ. Dans un message posté sur Facebook, Andrey Panov écrit : «Nous avons quitté la Russie. J’ai quitté Aeroflot. L’ancienne vie est finie». L’ancien directeur général adjoint pour la stratégie, les services et le marketing avait rejoint Aeroflot en 2018. Il avait participé à l’élaboration de la stratégie de l’ensemble du groupe aérien – selon laquelle le nombre de passagers devait passer de 60,7 millions à 130 millions de personnes d’ici 2028. Le 4 mars, le directeur général de Pobeda (filiale d’Aeroflot), Andrey Kalmykov, avait démissionné. Dans une lettre adressée à l’administration de Pobeda, il écrit: «J’ai pris la décision difficile de quitter notre projet. (…) Je reste en Russie et développerai d’autres projets où je peux être plus utile dans les conditions actuelles». Selon le média russe Kommersant,  les raison de ces départs seraient liées aux sanctions prises à l’encontre du secteur des transports russes par les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne et d’autres pays, dans le cadre du conflit en Ukraine.

12/03/2022 : Le président russe s’entretient par téléphone avec ses homologues allemand et français – Manik Tadevosian- 

Le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz se sont entretenus une nouvelle fois avec le président russe Vladimir Poutine au sujet de la guerre en Ukraine, le 12 mars. Au cours de cet échange téléphonique qui a duré un peu plus d’une heure et demie, le président français et le chancelier allemand ont exigé «la fin du siège de Marioupol, où la situation est humainement insoutenable» a indiqué la présidence française. L’Elysée a également déclaré que la discussion a été «très franche et difficile».  Cet entretien s’inscrit à la suite des discussions qui ont eu lieu le 10 mars et au cours desquels la France et l’Allemagne avaient «exigé de la Russie un cessez-le-feu immédiat». Suite au dernier entretien téléphonique, le Kremlin a affirmé qu’il y a eu de «nombreux faits de violations flagrantes du droit humanitaire international par les forces de sécurité ukrainiennes – exécutions extrajudiciaires de dissidents, prises d’otages et utilisation de civils comme boucliers humains, placement d’armes lourdes dans des zones résidentielles, près d’hôpitaux, d’écoles, de jardins d’enfants». Ce qui a été démenti par l’Élysée. 

14/03/2022 :  Instagram bloqué en Russie – Manik Tadevosian –

Après avoir ordonné le blocage de Facebook et restreint l’accès à Twitter, le régulateur russe des médias, Roskomnadzor, a bloqué Instagram appartenant au géant américain Méta, le 14 mars. Cette décision a été prise par Moscou suite à l’annonce faite par Méta concernant l’autorisation des exceptions au règlement sur l’incitation à la violence, en laissant des messages hostiles à l’armée et aux dirigeants russes. Le blocage du réseau social est intervenu, après un délai de deux jours qui a été accordé aux utilisateurs afin de transférer leurs contenus vers d’autres plateformes. Cela a suscité de vives réactions en Russie. En effet, Instagram est une plateforme populaire en Russie, notamment auprès de la jeunesse. 

14/03/2022 : Le parti Russie unie propose la mise en place  d’amendements sur la responsabilité pénale des personnes qui «suivent et appliquent» les sanctions occidentales contre la Russie. – Lauren Lemaire-Hec – 

Le 14 mars, le secrétaire du Conseil général de Russie unie, Andreï Turchak, a affirmé sur l’application de messagerie instantanée Telegram, que le parti Russie unie prépare l’établissement de la responsabilité pénale des dirigeants d’entreprises pour la mise en œuvre des sanctions imposées à la Fédération de Russie par les pays occidentaux. Andreï Turchak a rappelé «l’hystérie des sanctions occidentales», ajoutant qu’ «il y a des cas où des entreprises russes, y compris des entreprises à participation publique, refusent de travailler avec des banques et des entreprises sanctionnées sous prétexte qu’elles risquent elles-mêmes de tomber sous le coup de sanctions». Le secrétaire du Conseil général du parti a également déclaré, selon le service de presse de Russie unie, que «les faits d’adhésion aux sanctions étrangères dans le pays» étaient «une preuve indirecte de leur soutien» et de leur «trahison»

15/03/2022 : La journaliste, Maria Ovsyannikova qui avait  interrompu le journal télévisé  russe en brandissant une pancarte « No War» a été libérée suite à son arrestation – Manik Tadevosian –

Après avoir interrompu le journal télévisé présenté par Ekaterina Andreïeva sur la chaîne russe «perviy kanal» avec une pancarte «Arrêtez la guerre. Ne croyez pas la propagande. Ils vous mentent», la journaliste de la chaîne, Maria Ovsyannikova, a été reconnue coupable d’avoir commis une «infraction administrative», le 15 mars. Elle a été condamnée à une peine d’amende de 30. 000 roubles et a été libérée le même jour. Suite à sa libération, Maria Ovsyannikova a déclaré sur son réseau social avoir été interrogée pendant plus de 14 heures.  Les médias internationaux ont évoqué à maintes reprises dans leurs publications l’acte courageux de M. Ovsyannikova. Le président français Emmanuel Macron a déclaré être prêt à offrir une protection diplomatique à M. Ovsyannikova, en ambassade, ou en lui accordant l’asile en France. 

16/03/2022 : Vladimir Poutine annonce des mesures pour surmonter la «blitzkrieg économique» des pays occidentaux. – Lauren Lemaire-Hec – 

Lors d’une réunion gouvernementale télévisée le 16 mars, le président russe Vladimir Poutine a promis une aide financière à la population et aux entreprises du pays. Durant la réunion, le président a reconnu que la situation «n’est pas facile pour [eux] maintenant». Il a toutefois ajouté que la «blitzkrieg économique contre la Russie a échoué» et que «la situation actuelle est, bien sûr, un test». Vladimir Poutine a également comparé les sanctions étrangères à la violence antisémite des fascistes, affirmant que «l’Occident a laissé tomber son masque de civilité et a commencé à agir de manière belliqueuse» : les dirigeants occidentaux ne lui auraient donc laissé «aucune option pour résoudre le processus de manière pacifique». En outre, il a déclaré que «le peuple russe sera toujours capable de distinguer les vrais patriotes des traîtres et de les recracher comme une mouche qui a accidentellement volé dans une bouche» et qu’il est «convaincu qu’une telle purification naturelle et nécessaire de la société ne fera que renforcer [le] pays».

17/03/2022 : Dmitrij Medvedev affirme que la ligne de conduite des pays occidentaux par rapport à la Russie ces dernières années est «dégoûtante, criminelle et immorale» – Lauren Lemaire-Hec – 

Le 17 mars, le vice-président du Conseil de sécurité russe, Dmitri Medvedev, a consacré sa première publication sur Telegram à l’attitude de l’Occident envers la Russie. Il déclare que «la russophobie frénétique de l’Occident ne touchera apparemment jamais le fond». Il explique également que les raisons de l’aggravation de la situation internationale est liée à «l’élargissement de l’OTAN» aux frontières russes, «à la guerre économique et de l’information déclenchée contre [leur] pays sur tous les fronts, les menaces et intimidations sans fin, la persécution féroce des concitoyens à l’étranger». En outre, il rappelle la coopération entre l’Occident et la Russie au XXe siècle dans la victoire sur le fascisme et dans l’accord de règles universelles de sécurité et de coopération. Dmitrij Medvedev souligne également «les doubles standards de l’Occident» qui a «menti effrontément pour le bien de leurs propres intérêts», et «l’hystérie anti-russe» qui selon lui, n’est pas nouvelle. Le vice-président du Conseil de sécurité russe conclut son message en affirmant que  la Russie est assez puissante pour «remettre à leur place tous les odieux ennemis du pays» et que les Russes continueront «à se battre pour un ordre mondial qui convient à la Fédération de Russie et aux citoyens [russes]».

Previous Article

VEILLE UNION EUROPENNE – du 12 mars au 18 mars 2022

Next Article

L’exclusion de la Russie du Conseil de l’Europe : la fin d’un long dilemme russe