FrançaisEnglish
  
     
         
Blog

VEILLE EUROPE DE L’EST – Du 08 octobre au 14 octobre 2022.

Equipe de la veille hebdomadaire Europe de l’Est: Olga Chekhurska, Matisse Grenier, Elisabeth Nagy, supervisé par Clelia Frouté.

08/10/2022 : Belgrade et Pristina confirment l’existence d’une proposition germano-française pour un accord sur le Kosovo, sans évoquer le même contenu. – Matisse Grenier-

Selon des médias locaux (Balkaninsight), le Président serbe Aleksandar Vucic aurait confirmé, samedi 8 octobre 2022, l’existence d’une proposition germano-française pour un accord sur le Kosovo. 

Aleksandar Vucic a dévoilé que la proposition d’accord prévoit l’entrée du Kosovo à l’ONU, sans opposition de Belgrade, en échange d’un soutien financier et d’une intégration à l’Union européenne. Il a déclaré dans la foulée qu’il était toutefois inacceptable que le Kosovo intègre l’ONU car cela serait contraire à la Constitution serbe, qui considère toujours le Kosovo comme sa province.

Peu de temps après, la ministre des Affaires étrangères kosovare Donika Gervalla a également confirmé la proposition, en précisant que la piste évoquée par Aleksandar Vucic ne constitue pas l’objectif du texte, qui est en réalité une «base de discussion» .

09/10/2022 : L’opposition de la République serbe de Bosnie organise une nouvelle manifestation contre la «fraude électorale» . – Matisse Grenier –

Selon des médias locaux (Balkaninsight), plus de 10 000 personnes ont manifesté dimanche 9 octobre 2022 pour la seconde fois dans les rues de Banja Luka, capitale de l’entité serbe de Bosnie-Herzégovine, à l’appel des partis d’opposition.

Les manifestants ont protesté contre l’élection de Milorad Dodik, le 2 octobre 2022, à la présidence de la République serbe de Bosnie, considérée comme frauduleuse par une partie de la population. 

Milorad Dodik a déjà occupé ce poste pendant deux mandats consécutifs entre 2010 et 2018, avant de devenir le membre serbe du collège présidentiel de Bosnie-Herzégovine aux côtés de ses homologues croate et bosniaque. Il est sanctionné par Washington pour ses ambitions sécessionnistes, bien qu’il reste très influent auprès des Serbes de Bosnie.

La principale candidate de l’opposition, Jelena Trivic, a demandé dimanche soir lors de la manifestation «de recompter les voix dans tous les bureaux de vote» de la République serbe de Bosnie.

10/10/2022 : Les bombardements russes dans les nombreuses villes ukrainiennes – Olga Chekhurska-

Le matin du 10 octobre le maire de Kiev Vitali Klitschko a déclaré que vers 9 heures du matin plusieurs explosions à Kiev et dans la région de Kiev ont eu lieu. Les autorités de la ville ont arrêté le trafic du métro pour utiliser les stations comme abris anti-bombes.

Les régions de Lviv, Kharkiv, Odessa, Dnipro, Ivano-Frankivsk, Ternopil, Khmelnitsky, Konotop, Rivne et Poltava ont également été frappées par des missiles. Plus tard, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a signalé des attaques contre les infrastructures énergétiques à Kiev, Rivne, Khmelnitsky, Ternopil, Konotop, Zhitomir, Lviv et Kharkiv. Selon le conseil municipal de Lviv, environ 90% de la ville s’est retrouvée sans électricité après les bombardements. Les tramways et les trolleybus ne circulaient pas, plus de 80 % des feux de circulation ne fonctionnaient plus. Les régulateurs travaillaient à de grandes intersections.

D’après les autorités ukrainiennes, 83 missiles ont été tirés par les forces russes le 10 octobre, dont la moitié environ ont pu être interceptés. 11 infrastructures importantes avaient été endommagées dans huit régions et dans la capitale.

Le ministère des Situations d’urgence ukrainien a annoncé que cinq régions ukrainiennes n’avaient pas d’approvisionnement en électricité à la suite des bombardements. De même qu’il a annoncé arrêter ses exportations d’électricité à destination de l’Europe à cause des coupures d’électricité affectant de nombreuses régions.

Le ministère russe de la Défense a officiellement confirmé les frappes de missiles de 10 octobre sur l’Ukraine. Le 11 octobre le ministère russe de la Défense a déclaré que les forces armées russes ont poursuivi une frappe massive avec des armes aériennes et maritimes à longue portée de haute précision contre le commandement militaire et les installations énergétiques en Ukraine. Le président russe, Vladimir Poutine, a confirmé également les frappes massives menées «contre l’infrastructure énergétique, militaire et de communication de l’Ukraine sur proposition du ministère de la Défense et en conformité avec le plan de l’état-major». Il a également affirmé que l’attaque était une réponse aux actions ukrainiennes, en particulier l’attaque contre le pont de Crimée le 8 octobre, qu’il a imputée aux services de sécurité ukrainiens.

La Russie a continué le 11 octobre à frapper avec des missiles de croisière et des drones dans diverses régions d’Ukraine, mais la deuxième journée d’attaques n’a pas été aussi intense que la première.

11/10/2022 :  La réunion d’urgence du G7 sur l’Ukraine a eu lieu le 11 octobre. – Olga Chekhurska-

Après les bombardements russes sur les villes ukrainiennes le 10 octobre, les membres du G7 se sont réunis en visioconférence le mardi 11 octobre avec la présence du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Les chefs d’État et de gouvernement du Groupe des Sept (G7) ont condamné «les attaques dans les termes les plus vifs» et ont rappelé que «les attaques indiscriminées contre des populations civiles innocentes constituent un crime de guerre». Les récentes annexions des régions de Lougansk, Zaporijia, Kherson et Donetsk par la Russie ne seront jamais reconnues par les membres du G7. Ils appellent «tous les pays à s’opposer sans équivoque à ces violations du droit international » et exhortent la Russie à se «retirer de l’Ukraine».

Les dirigeants du G7 s’engagent à continuer à fournir à l’Ukraine «un soutien financier, humanitaire, militaire, diplomatique et juridique […] aussi longtemps qu’il le faudra» et annoncent que de nouvelles sanctions économiques seront mises en œuvre contre la Russie.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé les dirigeants du G7 à doter Kiev de systèmes de défense aérienne modernes dès que possible. «Il est important que nous disposions d’un nombre suffisant de missiles pour la défense aérienne et la défense antimissile et qu’ils soient intégrés dans nos systèmes de défense. Le bouclier aérien pour l’Ukraine est un élément de notre formule de paix», a déclaré le président ukrainien. Il s’est également adressé au président français Emmanuel Macron et au Premier ministre italien Mario Draghi avec une demande de fourniture de systèmes de missiles anti-aériens SAMP-T.

13/10/2022: La Commission européenne bloque les importations russes de pétrole en Serbie via la Croatie. – Elisabeth Nagy –

Le 12 octobre 2022, la Commission européenne a sorti un rapport sur l’élargissement dans lequel le cas de la candidature de la Serbie à l’UE a été discuté. Candidate depuis 2011 à l’entrée dans l’UE, la Serbie doit fournir de nouveaux efforts et multiplier ses engagements envers la stratégie de l’UE afin de s’aligner sur ses valeurs et les appliquer. 

 En effet, la Serbie ne s’est pas alignée sur les sanctions européennes contre la Russie, portant atteinte à l’avancée de son dossier dans le cadre de cette adhésion. 

Entretenant de bonnes relations avec la Russie tant sur le plan culturel qu’historique, la Serbie a souhaité adopter une position de neutralité vis-à-vis de la Russie à la suite de la guerre en Ukraine. Cette neutralité est cependant remise en cause par l’UE car le pays dépend presque entièrement du gaz russe et continue de le recevoir.

Ainsi, la Commission Européenne a adopté des sanctions à l’égard de la Serbie, bloquant le terminal portuaire croate d’Omisalj, sur l’île de Krk par lequel transité via voie maritime le pétrole russe acheminé en Serbie via l’oléoduc adriatique Janaf. 

La réponse du président serbe Aleksandar Vucic ne s’est pas fait attendre. Il a accusé la Croatie d’être le principal responsable de ce blocage, le comparant à l’État croate pronazi durant la Seconde guerre mondiale : «La Croatie vient de faire ce qu’elle fait depuis 1941». 

La Première ministre serbe, Ana Brnabic, a également réagi en affirmant que c’était un «acte ennemi», ce à quoi le Premier ministre croate a répondu : «Belgrade, qui prétend vouloir rejoindre l’Union européenne, ne peut pas refuser les sanctions de l’UE contre la Russie tout en bénéficiant du pétrole russe, moins cher, distribué par les ports et les oléoducs européens. Nous ne sommes pas des idiots utiles.»

Depuis la guerre en Ukraine, la compagnie pétrolière NIS a profité de la baisse des prix du pétrole Russe en en augmentant de 60% son approvisionnement, alors qu’elles ne représentaient que 16% avant la guerre en Ukraine, 47% provenaient alors d’Irak.

Le 8 octobre, Aleksandar Vucic a finalement déclaré que le pétrole russe serait remplacé par le pétrole irakien afin de continuer à passer par le terminal portuaire croate. 

 

Previous Article

VEILLE IRAN – Du 22 Octobre au 28 Octobre 2022

Next Article

VEILLE EUROPE DE L’EST – Du 15 octobre au 21 octobre 2022.