FrançaisEnglish
  
     
         
Blog

VEILLE ASIE CENTRALE – du 12 novembre au 18 novembre 2022

Équipe de veille Asie Centrale: Alexandre Brière, Aliya Yechshanova, Sophie Marc, Tristan Jarraud, Julie Eifler–Bolander

14/11/2022 : Rencontre entre les Ministères russes et mongols de l’Education et de la Science – Julie Eifler–Bolander –

Le 14 novembre, une rencontre entre les ministères de l’Education et de la Science russes et mongols s’est tenue, comme rapporté par le site officiel du Ministère de l’Education et de la Science russe. Des programmes de coopération dans le domaine de la recherche et de l’éducation supérieure ont été discutés, ainsi que la création d’une Université russo-mongole en Mongolie. Deux universités russes ont d’ailleurs déjà des campus à Oulan-Bator. Pour le ministère russe, la demande de mobilité pour les études supérieures des étudiants mongols en Russie est de plus en plus importante. Selon le site, plus de 2 000 citoyens mongols étudient en effet dans des universités russes. Ces discussions s’inscrivent dans le cadre de l’accord signé en 2003 entre les deux gouvernements sur la reconnaissance mutuelle de l’éducation, des qualifications et des diplômes académiques. De plus, un programme de coopération dans de multiples secteurs, de la protection de l’environnement aux nano et biotechnologies, a été mis en place le 16 décembre 2021, pour l’horizon 2022-2024.

Il doit être signalé que les différents sites officiels mongols ainsi que les médias mongols n’ont pas relayé d’informations à propos de cette rencontre.

14/11/2022 : La Russie fait pression sur le Kazakhstan pour que le pays réduise le prix du transport ferroviaire – Sophie Marc – 

L’opérateur russe RZhD ainsi que plusieurs représentants de régions de Russie sont actuellement en cours de négociations avec la compagnie ferroviaire du Kazakhstan, Kazakhstan Railways ou simplement KTZh, pour revoir les frais de transit pour le transport de céréales par le Kazakhstan, a annoncé le lundi 14 novembre le quotidien économique Vedemosti.

En effet, selon plusieurs groupes de pression russes, les frais de transit par le Kazakhstan seraient trop élevés et freineraient l’exportation des céréales russes. Est pointée également du doigt la situation particulière du Kazakhstan, par lequel passe la Russie pour exporter ses céréales en Chine, ce qui lui donne un avantage considérable comparé aux autres pays. La compagnie russe RZhD aurait déclaré que le transport d’une tonne de céréales au Kazakhstan sur 2 000 kilomètres coûtait environ 2 500 roubles (soit 41 dollars), contre 1 300 roubles en Russie.

Selon le média Eurasianet, KTZh aurait publié suite à cette affirmation une déclaration affirmant que ses tarifs pour le transit des céréales russes n’avaient pas changé depuis quatre ans, et qu’au contraire, le transport de céréales russes était en hausse de 25% par rapport à la même période l’année dernière. La volonté des russes de re-négocier ces tarifs seraient dû en fait au désir d’exporter davantage de céréales via le Kazakhstan : depuis le début de la guerre en Ukraine, les échanges avec la Chine n’ont cessé d’augmenter, sans compter le fait que cette année a été particulièrement fructueuse pour la récolte de céréales en Russie (150 millions de tonnes récoltées soit 30 millions de plus qu’habituellement), ce que souligne le média RailFreight.

15/11/2022 : Réunion de la commission intergouvernementale russo-mongole pour le commerce, et la coopération économique, scientifique et technique – Julie Eifler–Bolander –

Le 15 novembre, la commission intergouvernementale russo-mongole pour le commerce, et la coopération économique, scientifique et technique s’est réunie à Moscou pour la 24ème fois. Selon la présidente de la partie russe de la commission, Victoria Abramchenko, «les échanges commerciaux russo-mongols ont augmenté de plus de 30% au cours de l’année dernière». En 2021, une réunion avait effectivement eu lieu à Oulan-Bator pour encadrer l’intensification des relations des deux pays au cours de l’année, comme le rappelle le média Mongolnow.

Cependant, de même que pour la rencontre entre les Ministères de l’Education et de la Science russes et mongols, il faut noter que l’information n’a été relayée que par le site du gouvernement russe et un média sur la Mongolie, Mongolnow, dont les auteurs sont tous des citoyens russes vivant en Mongolie. Il est intéressant de voir qu’à la lumière du contexte actuel, seule la Russie cherche à mettre en avant ce partenariat. Il semble qu’à l’inverse, la Mongolie cherche plutôt à mettre l’accent sur d’autres partenariats, comme avec la République de Corée, ou encore l’Union Européenne, à travers par exemple de nombreux posts Twitter du Grand Khoural mongol et du Ministère des Affaires étrangères mongol sur ces sujets, ou encore une intense communication médiatique.

15/11/2022 : arrivée du Directeur général de l’UNESCO à Tachkent – Aliya Yechshanova –

Le service de presse officiel ouzbek a rapporté que le 15 novembre, le président de l’Ouzbékistan Shavkat Mirziyoyev a rencontré le Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Audrey Azoulay, dans le cadre du programme de la Conférence mondiale sur l’éducation et la protection de la petite enfance à Tachkent.

Les parties ont discuté de la situation actuelle et des perspectives de coopération future entre l’Ouzbékistan et l’UNESCO dans les domaines culturel, humanitaire et éducatif. Les progrès de la coopération bilatérale dans un certain nombre de domaines, ainsi que la mise en œuvre conjointe de projets dans le cadre du programme national et de la feuille de route adoptée avec des étapes pour renforcer le partenariat ont été soulignés.

L’UNESCO accorde une grande importance aux composantes du patrimoine culturel de l’Ouzbékistan. L’art du bakhshi (un type de musique poétique), ainsi que la danse folklorique “lazgi” figurent ainsi sur la liste du patrimoine culturel immatériel. La coopération se poursuit également dans le domaine de la protection des sites du patrimoine historique et de la formation professionnelle des personnes vivant dans les zones rurales d’Ouzbékistan.

À l’issue de la réunion, les parties ont convenu d’ouvrir un centre régional de l’UNESCO à Tachkent et d’adopter une nouvelle feuille de route pour la poursuite de leur travail commun.

15/11/2022 : Rencontre entre le gouvernement du Turkménistan et le Vice-président du gouvernement de la Fédération de Russie dans le cadre du renforcement des relations bilatérales et de la coopération économique – Alexandre Brière –

Le 15 novembre, à Achgabat, capitale du Turkménistan, une délégation interministérielle dirigée par le Vice-président du gouvernement de la Fédération de Russie et co-président de la Commission intergouvernementale turkméno-russe sur la coopération économique, Alexey Overchuk, a été accueillie par le Président de la République du Turkménistan Serdar Berdimuhamedow. D’après le service de presse du Ministère des Affaires étrangères de la République du Turkménistan, les co-présidents de la Commission se sont longuement entretenus sur les nouvelles perspectives de partenariat dans les secteurs financier et bancaire, les industries pétrolières, des transports et de l’énergie électrique, ainsi que dans les domaines de l’éducation, de la culture, des soins de santé et de l’administration fiscale. La réunion s’est poursuivie dans un format élargi avec la participation des chefs et des représentants de plusieurs ministères et d’agences concernés du Turkménistan et de la Russie, notamment des Affaires étrangères, au sein desquels les sujets mentionnés ci-dessus ont été discutés plus en profondeur. Comme relaté dans le service de presse turkmène SalamNews, au cours de la réunion, un intérêt mutuel a également été exprimé pour le renforcement des liens interétatiques dans le domaine culturel et humanitaire, notamment à travers la recherche scientifique, les échanges universitaires et le tourisme. Les deux délégations gouvernementales ont également mis l’accent sur le potentiel de renforcement des contacts fructueux dans le domaine du sport, dont la promotion et le développement revêtent une importance particulière dans les deux pays. En outre, cette rencontre coïncide avec le trentième anniversaire de la normalisation des relations diplomatiques entre le Turkménistan et la Fédération de Russie.

15/11/2022 : Manifestation au Kirghizistan contre l’exploitation d’une ressource en eau dans un contexte de tension transfrontalière – Alexandre Brière –

Le 15 novembre, à Chechme, un village situé dans le raïon de Kadamjaï, dans la province de Batken, au sud-ouest du Kirghizistan, une manifestation a été organisée près d’une source d’eau. Comme l’indique le site d’information kirghize Kloop, les habitants du village se sont rassemblés pour exprimer leur opposition au transfert de l’eau de leur source à l’Ouzbékistan. Les participants à la mobilisation ont fait appel au président de la République kirghize Sadyr Japarov, au président du Comité d’État pour la Sécurité Nationale Kamtchybek Tachiev, ainsi qu’à l’ensemble des députés du Conseil suprême (Joğorku Keñeş). D’après le service de presse indépendant Radio Azattyk, cette contestation intervient dans un contexte de tensions à la frontière entre le Kirghizistan et l’Ouzbékistan en raison de la question des cours d’eau transfrontaliers. Plus tôt, le 3 novembre, les délégations interministérielles des deux pays avaient signé à Bichkek (Kirghizistan) plusieurs accords qui relèvent des négociations frontalières kirghizo-ouzbèkes. La signature de ces accords était particulièrement relative à la gestion conjointe des ressources en eau du réservoir de Kempir-Abad, dans la province d’Andijan, à l’est de l’Ouzbékistan. Selon le média kirghize 24.kg, il a été rapporté qu’en plus de ce réservoir, trois autres sources d’eau ont été incluses dans cet accord avec l’Ouzbékistan, dont celle du village de Chechme. Cette situation est très fréquente dans la région puisque l’eau est souvent utilisée comme instrument de pression politique au Kirghizstan. Enfin, la vente d’eau constitue pour le pays un moyen d’échange avec ses voisins qui eux disposent de réserves de pétrole et de gaz.

15/11/2022 : L’ambassadeur du Tadjikistan au Koweït à rencontré le ministre de l’Intérieur syrien pour discuter du retour des citoyens tadjiks en Syrie dans leur pays – Sophie Marc –

Mardi 15 novembre, l’ambassadeur du Tadjikistan, au Koweït, Zubaidullo Zabaidzoda, a rencontré le ministre de l’Intérieur syrien, Muhammad Khalid Rahmoun, notamment pour discuter du retour des citoyens tadjiks détenus en Syrie dans leur pays, comme le rapporte le site du Ministère des Affaires Etrangères tadjik. D’autres questions ont été abordées, en particulier pour renforcer la coopération bilatérale entre les deux pays avec pour but de mieux lutter contre le terrorisme international. 

Le Tadjikistan a déjà rapatrié plusieurs fois ses ressortissants qui étaient détenus dans des camps en Syrie ou en Irak suite à la guerre en Syrie et à leur implication avec des groupes terroristes extrémistes, souligne le média Asia-Plus. Le 26 juillet 2022 notamment, le pays a rapatrié 146 citoyens tadjiks, dont 42 femmes et 104 enfants, après la rencontre entre l’Ambassadeur Zubaidullo Zabaidzoda et le vice-président syrien, le général Ali Mamlouk.

16/11/2022 : Accords entre l’Ouzbékistan et les grandes entreprises internationales dans le cadre de la première session plénière du Conseil des investisseurs étrangers – Alexandre Brière – 

Le 16 novembre, à Tachkent, capitale de l’Ouzbékistan, s’est tenue la première session plénière du Conseil des investisseurs étrangers sous la direction du Président de la République d’Ouzbékistan Shavkat Mirziyoyev, dans le palais présidentiel de Kuksaroy. D’après l’agence de presse ouzbèke Uza.uz, de nombreux représentants des structures d’entreprises, des organisations financières et d’autres groupes internationaux ont participé à la session plénière. Parmi les principales structures, les groupes français tels que Suez et EDF, les sociétés turques comme Çalık Holding et Cengiz Enerji, la banque kazakhe Halyk Bank, la banque géorgienne TBC Bank ou encore l’agence d’aide étrangère Abu Dhabi Development Fund. La présidente de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), Odile Renaud-Basso, a également participé à cet événement. Comme rapporté par le service de presse du Parlement de la République d’Ouzbékistan, cette rencontre s’inscrit dans un contexte d’ouverture de l’économie nationale ouzbèke et de la mise en place des conditions nécessaires à son intégration dans l’économie mondiale. Le chef d’État ouzbek a ainsi proposé des projets et des programmes spécifiques prévoyant une augmentation des investissements étrangers dans le pays, principalement dans la modernisation et la transformation des industries, le développement accéléré de la production, et les infrastructures municipales et de transport. De plus, une attention particulière a été accordée au développement d’une économie verte, avec des mesures efficaces pour développer le potentiel scientifique et technique et ainsi former des spécialistes dans le domaine des énergies renouvelables. Il s’agit également pour le pays d’attirer des investisseurs pour le développement de l’hydrogène, de la construction de parcs éoliens et de la formation de salariés hautement qualifiés avec la contribution d’experts internationaux.

16/11/2022 : Affirmation du culte de la personnalité dans le cadre de la Journée du Président de la République du Tadjikistan – Alexandre Brière –

Le 16 novembre a eu lieu la Journée du Président de la République du Tadjikistan, à l’occasion du vingt-huitième anniversaire de la prise du pouvoir du chef d’État Emomali Rahmon, le 16 novembre 1994. À cet égard, depuis 2015, le Président tadjik porte le titre de «fondateur de la paix et de l’unité nationale et leader de la nation». Cette date symbolique du 16 novembre est devenue officiellement un jour férié depuis le 15 avril 2016 par décision parlementaire. D’après l’agence de presse tadjike asiapulstj.info, à l’occasion de cette célébration, les bibliothèques, les salles d’exposition et les établissements d’enseignement de toute la nation organisent des événements thématiques, des expositions d’artistes et de photographes dédiés à la vie et au parcours du chef d’État. Ce jour-là, l’ensemble de la classe politique rencontre les officiers et les forces armées qui défilent en place publique dans le cadre de cérémonies solennelles et patriotiques. Les rues et les places des villes du Tadjikistan sont décorées de grands portraits du Président avec l’inscription «Notre président est notre chef !». Toutefois, les opposants au pouvoir en place contestent cette manifestation qu’ils qualifient de propagande et pendant laquelle s’impose le culte de la personnalité. Comme relaté dans le média indépendant Freedomhouse.org, l’établissement de cette fête a été institué pour affirmer encore davantage l’autoritarisme dont fait preuve le président Rahmon, qui restreint sévèrement les droits politiques et les libertés civiles. En outre, le cadre juridique du Tadjikistan régissant le droit aux libertés individuelles n’est toujours pas conforme aux normes internationales en matière de respect des droits de l’homme.

17/11/2022 : Le parlement Kirghizie ratifie l’accord sur les frontières avec l’Ouzbékistan – Tristan Jarraud –

Le 17 Novembre, après trois lectures, le Parlement du Kirghizistan a accepté de signer «les projets de loi «portant ratification de l’accord entre la République kirghize et la République d’Ouzbékistan sur certains tronçons de la frontière d’État kirghize-ouzbèke, signé le 3 novembre 2022 dans la ville de Bichkek» et «sur la ratification de l’accord entre le Cabinet des ministres de la République kirghize et le gouvernement de la République d’Ouzbékistan sur la gestion conjointe des ressources en eau du réservoir de Kempir-Abad (Andijan)». Cette information a été relayée par le site officiel de la Cour Suprême kirghiz et par le média ouzbek Kun.

Le réservoir d’eau d’Andijan, qui fait partie des ressources au cœur de la dispute territoriale, est désormais géré conjointement par les deux pays, avec douze représentants pour chaque partie. Le président de la République du Kirghizistan a fait part, avant d’examiner la loi, de sa volonté de «mettre une fin aux  problèmes de frontières pour toujours». Le 14 novembre, l’Ouzbékistan avait déjà signé ces documents.

Previous Article

VEILLE EUROPE DE L’EST – du 5 novembre au 11 novembre 2022

Next Article

VEILLE CHINE – Du 12 novembre au 18 novembre 2022